Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 999 du 26/1/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Sport

Avant Côte d’Ivoire-Tunisie/ Serge Dacoury (Consultant) : « Les Eléphants paieront cash si… - On est fatigué d’être un moteur Diesel »
Publié le samedi 26 janvier 2013  |  Le Mandat




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Les Eléphants affrontent la Tunisie ce soir pour la deuxième journée de la poule D de la CAN 2013. avant cette rencontre, le Mandat a rencontré Serge Dacoury, consultant et responsable de sport sur une radio privée de la place. Il décortique la CAN et donne sa recette aux Eléphants pour battre la Tunisie.

Pendant la Can et le Mondial 2010, on vous a vu sur les écrans en tant que consultant. Qu’est-ce qui explique votre absence sur les plateaux de la RTI à cette CAN 2013 ?
Je pense que subtilement, je me suis éclipsé. Mais, j’anime d’autres émissions. Notamment, «Matin Bonheur», les lundis matins sur RTI1, où je fais un éclairage sur toute l’actualité sportive du week-end de la semaine écoulée. Pour ce qui est de la CAN 2013, les responsables du Sport ont jugé bon d’utiliser d’autres consultants. C’est de bonne guerre. Et j’espère qu’ils sont à la hauteur. Et je leur souhaite bonne chance.
La CAN 2013 a débuté avec beaucoup de matches nuls…
Le football est devenu un phénomène mondial. Au point où, dans toutes les capitales africaines, tout le monde travaille dans le football. Et aujourd’hui, des pays comme l’Ethiopie, le Rwanda, la Zambie progressent. Les projets Goal FIFA font que dans tous les pays africains, il y a des projets sportifs et des projets sur le football. Chacun des pays africains s’améliore au fur et à mesure. Ces matches nuls que vous voyez ne me surprennent donc pas. Pour la simple et bonne raison que depuis 10 ans, il y a eu une évolution nette dans les soi-disant petits pays et dans les compétitions africaines. Que ce soit en coupe Caf, en Ligue africaine des champions, on voit souvent des résultats assez intéressants. Le niveau et la différence entre les clubs et les pays africains commencent à s’amenuiser. Il est difficile de faire des pronostics avant les matches sur certaines nations africaines en football. Ne vous étonnez donc pas qu’un petit pays élimine un grand.
Les Eléphants ont peiné à s’imposer face au Togo. C’est pourtant le favori de cette compétition. Y a-t-il des raisons d’y croire ?
Je pense que la Côte d’Ivoire est un favori sans couronne. Cela fait 10 ans que ses joueurs jouent pratiquement ensemble. En toute honnêteté et avec tout le respect que j’ai pour Sidi Diallo, qui abat un travail considérable, véritablement de 2006 à 2012, cela fait six Can. Il y a un noyau dur de 8 joueurs qui évoluent ensemble depuis lors. Honnêtement, il est inconcevable qu’aujourd’hui, on ait quelques problèmes de démarrage. Car, l’expérience qu’on a dans cette compétition devrait nous permettre de ne pas être tétanisés par l’enjeu. La vérité est que la Côte d’Ivoire ne joue que par des individualités. Et c’est difficile à comprendre parce que ce noyau est ensemble depuis maintenant six Can. Logiquement, la mayonnaise devait prendre. Mais, nous nous attendons toujours à des exploits individuels de Gervinho, pour faire la différence. Le jour où, tactiquement, Gervinho sera bloqué, ce sera un problème. C’est le véritable problème de la Côte d’Ivoire. L’équipe joue toujours à deux à l’heure. Elle est très lente. On ne joue pas en une touche de balle. Quand est-ce qu’on aura une équipe ivoirienne vive, compétitive, alerte avec beaucoup de rythme ? On n’a jamais vu une équipe ivoirienne avec du rythme. Pour le match contre le Togo, un match nul aurait été mérité. Parce que l’équipe du Togo a eu un visage reluisant. Ils ont été combatifs, vifs. En milieu de terrain, on a mis deux meneurs de jeu qui sont Yaya Touré, Ya Konan Didier et un seul récupérateur qui est Maestro. On a été bouffé au milieu avec des joueurs qui avaient envie.
Que pensez-vous de ceux qui disent que la Côte d’Ivoire est comme un moteur Diésel ?
On est fatigué d’être un moteur Diesel. Quand on me dit qu’on démarre toujours comme ça, comme un moteur Diesel, c’est peut-être une marque de fabrique. Après six Can, logiquement, malgré les entraineurs qui se sont succédé, la Côte d’Ivoire ne devait pas être confrontée à un problème de jeu collectif. On gagne, c’est vrai; mais après six Can, on ne peut plus va se contenter du peu en jouant sans la manière. C’est cela ma petite inquiétude. Je ne critique pas l’entraineur. Mais avec six Can dans les jambes, cela suffit pour avoir une assise de jeu. Le problème, c’est qu’on joue lentement, sans rythme et on est dépendant du coup d’œil de Yaya Touré. Quand une équipe est entreprenante et qu’elle bloque nos couloirs, on a les problèmes.
Dans la poule D où évolue la Côte d’Ivoire, le Togo semble le maillon faible. Or, les Eléphants ont eu du mal à le battre. Qu’en sera-t-il pour la Tunisie d’un cran plus haut ?
Je suis Ivoirien, j’aime bien mon pays. Mais, quand on a vu le match de la Côte d’Ivoire et ensuite celui de la Tunisie contre l’Algérie, le niveau n’était pas le même. Il faut être objectif. Le match qu’on a vu entre la Tunisie et l’Algérie avait des allures de confrontation européenne. Le niveau et le rythme étaient élevés. Tactiquement, c’était quelque chose de beau à voir. Côte d’Ivoire-Togo, Tunisie-Algérie, c’était le jour et la nuit. Alors, est-ce par rapport au Togo que nous avons joué de la sorte. Je l’espère bien. En tout état de cause, contre la Tunisie, il va falloir hausser le rythme. Il va falloir être tactiquement plus au point. Il va falloir faire attention aux trois attaquants. La pépite la plus dangereuse s’appelle Youssef Msakni, meilleur africain 2011. N’oublions pas que Samir Trabelsi est en poste depuis 2010. L’équipe a une assise. Elle est basée sur certains joueurs de l’Espérance de Tunis, de l’Etoile du Sahel et quelques professionnels. Tactiquement, ils savent jouer au football. Et la défense est une citadelle imprenable. Au milieu de terrain, ça joue bien au ballon. Et devant, à tout moment, un éclair de génie peut venir de Msakni et d’autres. Alors, il faut faire très attention. Je suis patriote, j’aime mon pays. Mais à ce niveau de la compétition, si les Eléphants ne sont pas au point physiquement et tactiquement contre la Tunisie, ils paieront la sanction cash.
Dans la poule D, selon vous, qui sont ceux qui iront au second tour ?
Déjà la Tunisie a trois points. La Tunisie n’a jamais été éliminée au premier tour. Ils savent négocier ces virages. Les Aigles sont capables d’aller au deuxième tour. Le deuxième match contre la Côte d’Ivoire sera décisif. Même en cas de match nul, ce sera une bonne option pour eux. Car ils peuvent négocier le match contre le Togo et passer. Donc pour moi, avec le bloc de Samir Trabelsi qu’il a depuis longtemps, et avec des joueurs qui peuvent faire la différence à tout moment, la Tunisie semble pour moi la plus armée. Elle a une assise grâce à des clubs forts localement. Comme l’Espérance, l’Etoile du Sahel et le club sfaxien.
Quel est le niveau général de cette Can avec ces surprises ?
Les surprises sont très agréables. Parce que quand on s’attend aux favoris et que d’autres équipes comme le Cap-Vert et autres nous montrent de très belles choses, cela crée le suspense. Quand on voit des soi-disant petits poucets qui font des sensations, cela veut dire que la carte géographique du football africain s’est déplacée. Pour ce qui est de l’ensemble du niveau des 16 équipes, on constate qu’il y a des soi-disant petites nations qui nous émerveillent. Et c’est de très bien pour le football africain.
Qui voyez-vous sur le toit de l’Afrique au soir du 10 février 2013 ?
Il est difficile de faire un pronostic pour celui qui va remporter la coupe d’Afrique. Attendons au deuxième tour pour voir les forces en présence. Pour l’instant, il sera illusoire, difficile de donner le vainqueur de cette Can.
Un petit avis sur le comportement du champion en titre ?
La Zambie a un effectif qui est intact et stable. C’est sûrement le problème de pression du champion qui pèse sur ses épaules. Sinon, les poulains d’Hervé Renard ont l’étoffe d’un champion. C’est vrai qu’ils ont été titillés par l’Ethiopie. Mais l’ossature est la même. Avant, ils étaient des outsiders séduisants. Aujourd’hui, ils sont dans la peau d’un favori, d’un champion. C’est cette pression énorme qui déteint sur la production d’ensemble de la Zambie.

Entretien réalisé par Aké Francis (stg)

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment