Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Afrique
Article



 Titrologie



L`intelligent d`Abidjan N° 2748 du 29/1/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Afrique

Rediffusion / Tombouctou libérée : Il y a 6 mois, Sy Savané prédisait
Publié le mardi 29 janvier 2013  |  L`intelligent d`Abidjan


Libéralisation
© Abidjan.net par EMMA
Libéralisation de l`espace audiovisuel : Le ministre de la Culture, Bandama Maurice reçoit le président de la HACA, Ibrahim Sy Savané
Lundi 16 janvier 2012. Abidjan. Cabinet du ministre de la Culture. Le ministre Bandama Maurice reçoit le président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Sy Savané. Photo : Ibrahim Sy Savané


 Vos outils




Il y a 6 mois, le ministre Ibrahim Sy Savané écrivait un texte publié dans nos colonnes. A la faveur de la libération de la ville de Tombouctou par les forces françaises, maliennes et alliées, l’Intelligent d’Abidjan publie à nouveau ce texte prémonitoire, qui est plus que jamais d’actualité. Bonne lecture.

Entre la rage impuissante, la douleur vive, le chagrin et la pitié, l`on ne sait quel sentiment l`emporte face à la tragédie qui s`abat sur le Mali et menace toute l`Afrique de l`Ouest. La vue de la destruction des mausolées de Tombouctou coagule tous ses sentiments. La condamnation unanime de ces actes inqualifiables ne doit pas masquer leur parfaite rationalité. Croire que ces gens agissent par inadvertance ou au hasard, est une erreur d`appréciation. Il s`agit d`une guerre psychologique qui obtient ses résultats escomptés : la sidération qui annihile les velléités antagonistes, une exorbitante plus-value médiatique, la remobilisation des troupes soumises à d`autres tentations. En fait, tout cela s`inscrit dans une logique implacable. Il faut savoir que l`Islam continue d`être traversé par divers courants qui produisent une fracture entre une tendance exotérique qui se dit pure et une autre ésotérique, persuadée qu`elle seule est à même de créer l`harmonie du monde. Cette lutte est une forme de guerre asymétrique, puisque la première tendance, martiale et triviale, use de la force brute, tandis que l`autre fait appel, certes à l`énergie humaine, mais s`en remet surtout à la force de l`esprit. Dans ces conditions, peu importent les labels de ces groupes franchisés qui pullulent dans tous les pays d`Afrique de l`Ouest, tous s`intègrent peu ou prou à une tendance de cette idéologie extrême qui croit réaliser une régénération spirituelle en s`attaquant aux symboles d`un Islam qui revendique sa spécificité sans céder pourtant un pouce au plan doctrinal. Cet Islam là, du Maroc à Durban, en passant par Abidjan et Dakar, a su préserver certaines pratiques tolérantes qui agacent, -le mot est faible-, ceux qui veulent embarquer le continent en tant que supplétif dans une guerre contre l`Occident. Peu importe, au fond, que certains versent des larmes de crocodile sur les mausolées, il n`est pas nécessaire non plus d`exiger un brevet de sincérité à tous ceux qui, tout en se disant solidaires, se gaussent de ces musulmans qui guerroient entre eux. Quelle naïveté ! Nous sommes dans un monde d`une complexité que même la théorie du chaos ne peut plus appréhender. Si la richesse elle, ne parvient pas à être globalisée, les malheurs eux, le sont depuis des décennies. De tout cela émerge une évidence: ce monde vous oblige à être responsable même de vos ennemis. C`est d`ailleurs pour, entre autres, ces raisons que des gens de bonne volonté font de l`encadrement de la jeunesse musulmane si composite un véritable enjeu, tout comme de son intégration au système national une priorité. Comment empêcher que celle-ci se jette à la remorque de n`importe quelle caravane cherchant aventure, si aucune alternative ne lui est proposée? Des efforts restent à réaliser. Cela passe par une analyse fine des attentes que ne reflètent pas toujours les agitations de quelques représentants d`une bureaucratie islamique déconnectée des réalités de sa jeunesse mais jouant habilement les courtiers rétribués auprès des pouvoirs publics qui s’accommodent d’eux mais n’ont pas d’illusions excessives à leur égard. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ceux qui perpètrent ces forfaits inouïs à Tombouctou ont perdu la partie. Si rien ne leur a paru aussi urgent que ces destructions apparentes, c`est qu`ils reconnaissent la force spirituelle des saints qui ont contribué à faire de ces villes les toutes premières universités du monde. Rien ne peut effacer cela. Ces saints ont fait la preuve de la vérité par la vérité. Ni donc, les préparatifs de la contre-offensive qui se prépare contre les “islamistes” qui croient d`ailleurs la conjurer en s`attribuant une puissance de feu exagérée, ni l`impasse politique de leur projet qui, au demeurant, se limite à faire de cette zone un prurit, ne semblent avoir distrait ceux-ci du furieux empressement à détruire. Mais, plus paradoxal encore, ils viennent de mieux faire connaître au monde entier l`existence de ces pôles spirituels entrecroisés, en réalité, indestructibles. L`on verra bientôt qu`ils parviendront, sans le vouloir, ni pouvoir l`empêcher, à provoquer une plus grande quête spirituelle dans ces régions et bien au-delà. Certes, ils auront réussi à troubler quelques consciences, mais l`immense majorité des jeunes trouvera une noble cause, à n`en point douter. Et, pendant que ces jeunes prendront toute leur part à une des dimensions de cette guerre, d`autres, au Mali et ailleurs, intensifieront la résistance spirituelle sur les multiples autres dimensions. De la patience, il en faudra : une bataille pour l’ipséité à ses exigences. Mais l`issue de cette bataille ne fait aucun doute. Le grand souffle éternel emportera l`armée hétéroclite de ceux qui ont dans une main des feuillets sacrés et dans l`autre, des contrats de mercenaires qui accourent vers tous les orages en déclamant de sombres oraisons jaculatoires et s`exaltent en ricanant dans les plus terribles tragédies. Non, elle ne fait aucun doute, l`issue de cette bataille qui culmine à la veille du mois de Ramadan.
Par le ministre El Hadj Ibrahim Sy Savané

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment