Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Elections locales : la HACA appelle les radios locales au respect de la loi
Publié le dimanche 3 fevrier 2013  |  AIP


Libéralisation
© Abidjan.net par EMMA
Libéralisation de l`espace audiovisuel : Le ministre de la Culture, Bandama Maurice reçoit le président de la HACA, Ibrahim Sy Savané
Lundi 16 janvier 2012. Abidjan. Cabinet du ministre de la Culture. Le ministre Bandama Maurice reçoit le président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), Sy Savané. Photo : Ibrahim Sy Savané


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Abidjan - La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) met en demeure les radios de proximité qui s’adonnent à la propagande de certains candidats aux futures élections municipales et régionales couplées, de cesser toute production, programmation et diffusion d’émissions relative à la couverture médiatique de la campagne.

Dans un communiqué transmis vendredi à l’AIP, la HACA, sous la signature de son président, Ibrahim Sy Savané, constate qu’à l’occasion de la pré-campagne pour ces élections couplées ainsi que pour les législatives partielles, que des radios privées non commerciales, en l’occurrence des radios de proximité, ouvrent leurs antennes à des candidats et formations politiques à des fins de propagande.

Aussi, la HACA tient-elle à rappeler qu’aux termes du décret n° 95-714 du 13 septembre 1995 fixant les règles de fonctionnement des radios de proximité et de la convention portant exploitation desdites radios, « il est interdit à un exploitant de radio de proximité de produire et de diffuser des émissions à caractères politiques que cela donne lieu ou non à paiement ».

« Cette prescription est réaffirmée par la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle dans le cadre de la gestion médiatique de la période électorale actuelle », souligne le texte.

Le document prévient que tout contrevenant à ces mesures s’expose aux sanctions prévues par la loi n° 2004-644 du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la Communication Audiovisuelle, telle que modifiée par l’ordonnance n° 2011-474 du 21 décembre 2011. « Ces sanctions pouvant aller jusqu’au retrait pur et simple des fréquences », conclut le communiqué de l’autorité de régulation des médias audiovisuels en Côte d’Ivoire.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires