Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article



 Titrologie



LG Infos N° 407 du 8/4/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Art et Culture

Femua 2013 : Dobet Gnahoré annoncée
Publié le lundi 4 fevrier 2013  |  LG Infos


Concert
© Abidjan.net par DR (Photo d`archive)
Concert : Sublime Dobet Gnahoré.
Dobet Gnahoré a donné les 06 et 07 janvier 2012 à l`accoustic un des plus fabuleux concerts proposés au public ivoirien.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

C’est au total une trentaine d’artistes ivoiriens et africains qui prendront part à la 6e édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua). Sur cette liste, est citée l’étoile de la chanson africaine et ivoirienne, Dobet Gnaoré, native de Kragbalilié. «Je suis particulièrement fier de participer à cet évènement, d’autant plus que ce sont de jeunes ivoiriens qui organisent ce festival à l’instar des festivals occidentaux» a déclaré Dobet Gnaoré le jeudi 31 janvier dernier, à l’Unesco à Paris (France), lors de la cérémonie de lancement du Femua, acte 6. Salif Traoré dit A’salfo, commissaire général du Festival a indiqué que pour cette sixième édition, le Femua débute sa décentralisation. Abobo sera la première commune après Marcory à accueillir les festivaliers. «Mes amis et moi, nous ne délocaliserons certainement pas le Femua, et il ne changera pas de dénomination.

Nous tenons à ce qu’il reste le festival des musiques urbaines d’Anoumabo. Mais nous envisageons de le décentraliser à chaque édition, voilà pourquoi, pour la saison six du Femua, nous serons en même temps à Anoumabo et à Abobo» a révélé le leader du groupe Magic System. Il a aussi insisté pour dire que le Femua a naturellement et principalement une vocation sociale aussi bien que culturelle. Cette année, «si les conditions météorologiques nous le permettent, nous et nos partenaires pourrons inaugurer l’école maternelle dont nous avons posé la première pierre l’année dernière» a dit A’salfo concernant le volet social de son festival de chants, de danses et de lumières. Revenant sur l’institutionnalisation nationale (ou plutôt l’étatisation) du Femua, le patron de «Gaou Production» n’est pas passé par quatre chemins pour exprimer sa méfiance. «Nous voulons garder notre liberté d’action sur ce festival. Si les autorités peuvent garantir cette liberté là, c’est possible. Mais pour l’instant nous ne l’envisageons pas» a indiqué A’salfo. Pour sa sixième édition, le festival des musiques urbaines d’Anoumabo ne se vivra pas uniquement en jaune. En plus de son partenaire traditionnel depuis quatre ans qu’est Mtn, le commissariat général s’est offert les participations de Coca-Cola, la Sib, et la Fondation Petroci.

Renaud Djatchi

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires