Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Le pétrolier français détourné dans les eaux ivoiriennes est désormais localisé au large du Nigéria (officiel)
Publié le mardi 5 fevrier 2013  |  APA


hspace=0
© AFP par DR



 Vos outils




Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le directeur général des affaires maritimes et portuaires de Côte d’Ivoire, le colonel Bertin Koffi Tano, a annoncé lundi soir au cours d’une conférence de presse, que le pétrolier tanker français battant pavillon luxembourgeois a été ’’bel bien détourné dans les eaux ivoiriennes’’ et se ‘’trouverait ce lundi 4 février au large du Nigéria’’ citant des sources proches du bureau maritime international (BMI).

‘'Le bateau a été bel et bien détourné dans les eaux ivoiriennes mais nous ne savons pas encore par qui ?'', a déclaré le colonel Tano, précisant que la ‘'zone économique exclusive de la Côte d'Ivoire s'étend sur 370 km''.

‘'La position actuelle du navire serait au large du Nigeria'', a poursuivi le patron des affaires maritimes et portuaires de la Côte d'Ivoire.

‘'C'est hier dimanche que nous avons été informé par l'armateur alors que les faits remontent à samedi'' a-t-il poursuivi.

Le bateau appartenant à un armateur français et affrété par l'entreprise Sud-coréenne ‘'SK Shipping'', a été porté disparu à 139 km du port d'Abidjan d'où il est parti le 31 janvier.

‘'Le navire avait chargé 3000 tonnes de gas-oil le 31 janvier au port d'Abidjan en vue d'un soutage en mer'', a encore expliqué le colonel Tano, ajoutant qu'il y avait 17 personnes à bord du navire dont'' 7 Togolais, 4 Béninois, 2 Ivoiriens, 2 Sénégalais, 1 Chinois, 1 Coréen''.

‘'Quand la station côtière d'Abidjan a reçu le message d'alerte sur une probable disparition du navire, nous avons informé le Ghana, le Libéria, le Togo et le Nigéria.

Reconnaissant que sa structure a besoin du matériel notamment radiocommunication et du matériel naval, pour surveiller toutes les eaux ivoiriennes, le colonel Tano a estimé qu'Il faut ‘'dédramatiser la chose''.

‘'Il n'y a pas de feu en la demeure'', a rassuré le directeur général des affaires maritimes et portuaires se félicitant de la prise en comptes des ‘'préoccupations'' des affaires maritimes et portuaires dans le Programme national de développement (PND).

La piraterie maritime devient de plus en plus récurrente en Côte d'Ivoire où en janvier dernier, un pétrolier battant pavillon panaméen avait été victime d'une attaque de pirates à son ancrage d'Abidjan alors qu'en octobre 2012, un tanker grec y avait déjà subi une attaque du même genre.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires