Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2822 du 8/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Giga meeting du 16 février 2013 / Achille Gnaoré, Pdt des parlements et agoras : «Venons massivement exiger la libération de Gbagbo»
Publié le vendredi 8 fevrier 2013  |  Le Temps




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi), fait de la date du 16 février 2013, un tournant décisif dans son combat démocratique contre la dictature imposée à la Côte d’Ivoire par Ouattara depuis le 11 avril 2011. Ce jour-là, à la place Cp1 de Yopougon, ce sont des centaines de milliers d’Ivoiriens qui vont déferler à cet endroit pour exiger la libération du président Gbagbo. Ils viendront communier avec le secrétaire national par intérim de la Jfpi, Koua Justin. Qui est entrain de préparer activement ce rendez-vous crucial pour la lutte démocratique dans notre pays. « Cpi : libérez Gbagbo maintenant », tel est le thème de ce giga rassemblement politique. Tous les mouvements de soutien au président Gbagbo, ne sont pas en reste. Ils s’activent de part et d’autre pour sonner la mobilisation. C’est le cas de Gnaoré Achille, président intérimaire des parlements et agoras de Côte d’Ivoire. Intervenant le jeudi 07 février dans un journal de l’opposition, il a expliqué les enjeux de ce meeting et lancé un appel à la mobilisation. Gnaoré Achille soutient que ses camarades et lui, ont décidé de sortir de leur torpeur et de leur cachette pour battre le pavé aux côtés de la Jfpi. « Nous avons décidé de prendre notre courage à deux mains pour aller à nouveau au charbon. C’est dans ce cadre que nous avons mis en place, une nouvelle organisation pour essayer de faire revivre les parlements et agoras », a indiqué ce patriote. Il estime que la libération du président Gbagbo, est quelque chose de salvateur pour la Côte d’Ivoire. Le président par intérim des parlements et agoras, est formel. Le président Gbagbo a été pris en otage par la Cour pénale internationale (Cpi). «Nous disons donc que sa place n’est pas à La Haye, mais ici avec le siens. C’est pourquoi, nous invitons les Ivoiriens, les jeunes patriotes, les démocrates à venir massivement ce 16 février 2013 à la place Cp1 pour exiger de la Cpi, la libération sans condition de ce digne fils d’Afrique», insiste Gnaoré Achille. Car la présence du président Gbagbo en Côte d’Ivoire va nécessairement impacter positivement sur la normalisation de la vie sociopolitique du pays. Pour la réussite du plus grand rassemblement politique de 2013, les responsables de ces espaces de libre expression ont pris leur bâton de pèlerin pour sonner la mobilisation. «Nous sommes en tournée depuis plusieurs semaines avec le secrétaire national de la Jfpi pour faire passer le message. Nous avons également mis des camarades dans les quartiers pour toucher les populations», a soutenu Gnaoré Achille. Pour qui ce meeting du 16 février 2013 va démontrer au monde entier et à la Cpi que le président Gbagbo et son peuple ne font qu’un. Et que les Ivoiriens dans leur ensemble l’aiment toujours.

Fabrice Tété

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires