Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
International
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

International

Démission de Benoît XVI : Ce que dit la loi catholique
Publié le mardi 12 fevrier 2013  |  Le Democrate


Eglise
© Autre presse par DR
Eglise catholique - Pr Andrea Riccardi, fondateur de la Communauté Sant’Egidio
Photo: Pr Riccardi en compagnie du pape Benoît XVI


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le pape a annoncé lundi, lors de la cérémonie de canonisation des martyrs d'Otrante, son intention de renoncer à son ministère le 28 février à 20 heures, officiellement pour des raisons de santé. En effet, bien qu'aucun mortel ne puisse démettre le Pape, le code de droit canonique en vigueur, promulgué par Jean-Paul II en 1983 (art. 332-2), ainsi que le code des canons des Églises orientales (art. 44-2), permettent à celui-ci de renoncer à sa charge de son propre chef. N'ayant d'autre supérieur que Dieu lui-même, le souverain pontife n'est tenu de faire accepter sa démission par personne. Il est simplement requis pour la validité de sa renonciation qu'elle soit "libre et dûment manifestée". Le phénomène est toutefois resté très rare jusqu'ici. Dans l'histoire récente, trois papes y ont songé, mais ne s'y sont pas résolus : Pie XII, craignant d'être enlevé par les nazis, Paul VI à ses 80 ans et Jean Paul II en l'an 2000. En tout et pour tout, dans l'histoire de l'Église catholique, seuls 5 papes sur 265 ont effectivement renoncé (Pontien en 235, Félix II en 358, Grégoire VI en 1046, Célestin V en 1294 et Grégoire XII en 1415). Le plus souvent sous la contrainte.

T.Guy
(Source Le Point.fr)

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires