Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article



 Titrologie



Le Nouveau Navire N° 317 du

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Économie

Retraités de l’Etat / Traitement des dossiers de pension : La Cgrae va réduire les délais
Publié le mardi 12 fevrier 2013  |  Le Nouveau Navire


Nouvel
© Abidjan.net par Atapointe
Nouvel an: Le Personnel de la CGRAE présente ses voeux de nouvel an au Directeur Général
Mercredi 06 Février 2013.Abidjan-Plateau. Une cérémonie de présentation de voeux s`est déroulée au siège de la Caisse Générale des Retraites et Agents de l`Etat pendant laquelle le directeur général a fait le bilan de l`année précédente et a évoqué les objectifs et perspectives de la CGRAE pour l`année 2013.


 Vos outils




Le personnel de la Caisse générale de retraite des agents de l’Etat (Cgrae) a organisé, le mercredi 6 février dernier à son siège au Plateau, sa traditionnelle cérémonie de présentation de vœux à ses dirigeants. Occasion saisie par le directeur général de l’Institution de prévoyance sociale (Ips), Berté Abdrahamane Tiémoko, pour faire le point de la mise en œuvre de certaines réformes. Il n’a pas manqué de revisiter les activités de l’exercice 2012 sous la forme d’un bilan avant de dégager de bonnes perspectives à partir de 2013.

Rétrocession de la ‘‘Liquidation des pensions’’ des fonctionnaires

Au plan technique, M. Berté Abdrahamane Tiémoko a indiqué que l’une des activités ayant mobilisé suffisamment les énergies depuis sa prise de fonction en avril 2012, a été la gestion du transfert à l’Ips-Cgrae, de l’activité ‘‘Liquidation’’ des dossiers de pension des fonctionnaires jusqu’alors menée par le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative. A l’en croire, 4174 dossiers de pension en cours de traitement au ministère de la Fonction publique, ont été transférés en même temps à la Cgrae le 26 juin 2012. « Il nous a fallu faire preuve de réactivité suffisante voire de pro activité, pour une meilleure gestion du flux important de dossiers, représentant plus d’une année d’activité ordinaire de la Cgrae. Une analyse exhaustive et minutieuse de ces dossiers nous a permis dans un premier temps de relever que seuls 2251 dossiers sur les 4174, soit 54% du total, étaient réguliers et bons à être traités. Les 1923 autres, soit 46%, étaient des dossiers incomplets avec des pièces manquantes. Notamment, l’absence de certificat de radiation ou de certificat de cessation de paiement », a révélé le patron de l’Ips-Cgrae. Précisant que sur les 2251 dossiers complets et réguliers, 1597 ont fait l’objet de traitement effectif et de mise en paiement sur une période de 4 mois. Quant aux dossiers incomplets, ils ont fait l’objet de plusieurs actions de communication, entre autres, affichage dans l’enceinte de l’Institution de la liste des dossiers incomplets, correspondance individuelle à tous les concernés par ces dossiers, appel téléphonique. En tout état de cause, reconnait le directeur général, cette première expérience d’entrée a enrichi les uns et les autres, mais surtout, elle a interpellé sur la nécessité de faciliter l’accès aux droits des retraités. Notamment, par une simplification des formalités administratives et une accélération, en amont, du processus de délivrance des pièces strictement indispensables à la constitution du dossier de retraite.

Des actions réalisées au cours de l’exercice 2012

Toujours dans le domaine de la gestion technique, le Dg de la Cgrae a relevé quelques actions réalisées au bénéfice des assurés sociaux au cours de l’exercice 2012. Il s’agit du paiement intégral des rappels de revalorisation des pensions militaires, du traitement des rappels de 20% de revalorisation des pensions en faveur des militaires, policiers et gendarmes qui avaient déjà perçu 80%, et d’autre part, du traitement des rappels 100% de revalorisation des pensions en faveur de ceux qui n’avaient pas encore rien perçu suite à un dépôt tardif des dossiers et de la levée de la suspension qui frappait les dossiers de pension introduits par les structures non à jour de leurs cotisations. « Pour nous, il ne s’agit pas de pénaliser le travailleur, mais plutôt d’amener les structures affiliées à s’acquitter de leurs cotisations à l’égard de la Cgrae et donc à être responsables socialement », a-t-il dit.

La bancarisation des pensions

Le directeur général de l’Ips-Cgrae a saisi la tribune de présentation de vœux du personnel pour affirmer qu’au cours du dernier trimestre de 2012, a été lancée une vaste campagne en vue de la bancarisation des pensions supérieures ou égales à 50.000 Fcfa dont l’objectif est de relever le taux de bancarisation qui est en dessous de 15% en Côte d’Ivoire. Et ce, conformément à une instruction de l’Uemoa (Union monétaire ouest africaine). Cette opération, selon Berté Abdrahamane, concernait 21.052 pensionnés qui étaient payés en espèce aux guichets de la Cgrae et du Trésor. Au terme de la période de sensibilisation, ce sont au total 19.820 pensionnés qui ont déposé leur relevé d’identité bancaire (Rib) pour recevoir désormais leur pension par virement bancaire, soit un taux de réalisation de 94,14%.

La politique de communication d’accompagnement

A en croire le premier responsable de la Cgrae, toutes ces activités menées au cours de l’année 2012 n’auraient pas connu de succès sans une bonne communication d’accompagnement. Ainsi, au plan de la communication, Berté Abdrahamane s’est appesanti sur plusieurs actions majeures, notamment, la campagne de communication conduite après l’adoption en avril 2012 par l’Etat de tous les textes de réforme de l’Institution. « Cette campagne nous a permis de rencontrer de juin à août 2012, les associations de retraités, les syndicats de fonctionnaires en activités et les responsables des structures affiliées, en vue de faire de ces différents partenaires, des acteurs de la mise en œuvre de la réforme », fait-il remarquer.

Les perspectives 2013-2015

Le paiement de la première pension de l’assuré social admis à faire valoir ses droits à la retraite, se fera le mois suivant la cessation des ses activités. Un objectif que veut atteindre Berté Abdrahamane Tiémoko. C’est pourquoi, il entend améliorer notablement la gestion des prestations sociales et la qualité du service. A ce titre, il entreprend de veiller en priorité sur l’exactitude de la prestation et du renseignement, de traiter les dossiers de manière complète et globale et d’améliorer les délais de réponse. Ce qui permettra, selon lui, à réduire les délais de traitement de plus de 60 jours en 2012 à moins de 30 jours cette année, de 15 jours en 2014 et moins de 10 jours l’année suivante. Dans cette dynamique, l’Institution veut maitriser le taux des prestations indues dans le ratio défini par la Conférence internationale de prévoyance sociale (Cipres). L’autre point que veut maîtriser le directeur général de la Cgrae, est sans nul doute, le recouvrement des cotisations sociales. A l’en croire, ce volet est depuis longtemps le maillon très faible de la chaîne de gestion. C’est pourquoi, conformément à l’autonomie de l’Ips-Cgrae, la direction de la Cgrae veut mettre sur la période 2013-2015, une politique de recouvrement proactive, dynamique et efficace des cotisations sociales à travers d’une part, la maîtrise parfaite, exhaustive et fiable des populations cotisantes, la mise en œuvre d’un processus de recouvrement, de la gestion professionnelle des portefeuilles employeurs et d’autre part, de la maîtrise des circuits de traitement des cotisations au niveau des ministères et organismes employeurs pour atteindre 95% des cotisations comme le recommande le Cipres. C’est donc fort de ces chantiers porteurs d’espoir que le directeur général de la Cgrae qualifie 2013 d’année de ‘‘décollage’’.

La décentralisation des activités de la Cgrae

L’amélioration de la qualité du service aux assurés sociaux et la recherche d’une efficacité opérationnelle qui imposent à l’Institution une proximité géographique par une déconcentration réelle de ses activités préoccupe également le directeur général. Avec la forte concentration de toutes les activités au siège et l’engorgement que cela induit les jours d’affluence, il est prévu la construction de deux agences à Abidjan et la relocalisation adéquate des représentations à l’intérieur du pays. « L’objectif d’ici 2015, est la création de structures déconcentrées Cgrae, avec une charte graphique et une architecture type, véritables centres jouissant d’une autonomie opérationnelle en relation directe avec nos assurés sociaux, pour répondre à l’ensemble de leurs préoccupations », promet-il.

Impulser une véritable gestion stratégique des ressources humaines

Conscient qu’il n’y a de véritables richesses que les hommes et femmes dans l’entreprise, le patron de la Cgrae entend mettre le développement des ressources humaines au cœur de sa stratégie, par la mise en œuvre d’une politique en la matière basée sur un personnel suffisant et bien formé, le professionnalisme, le mérite, la discipline, l’équité et la justice. Aussi, ajoute-t-il que le renforcement des compétences, avec des formations dans le domaine de la sécurité sociale à travers des écoles spécialisées particulièrement l’Im2s, sera développé en permanence. « Faire de l’Ips-Cgrae d’ici 2015, un organisme de sécurité sociale de référence dans l’espace de la Conférence africaine de prévoyance sociale, tel est le sens de ma vision », a conclu le directeur général de l’Ips-Cgrae, Berté Abdrahamane Tiémoko, par ailleurs membre de l’Association ivoirienne des diplômés des écoles supérieures de sécurité sociale (Aidesss). En tout cas, ce travail abattu a été salué par Blé Mamadou, Président du Conseil d’administration qui, profitant de l’occasion, a félicité l’ensemble du personnel.

Coulibaly N’Golo A.
aboubackr@yahoo.fr

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires