Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2761 du 13/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Sport

Bilan / Après le troisième sacre du Nigeria : Ce qu’il faut retenir de la Can 2013
Publié le mercredi 13 fevrier 2013  |  L’intelligent d’Abidjan


CAN
© AFP
CAN 2013 / Finale: Les super Eagles du Nigeria champion d`Afrique en battant les Etalons du Burkina (1-0)
Dimanche 10 février 2013. Johannesburg (Afrique du sud). Le Nigeria remporte la 293m3 édition de la coupe d`Afrique des nations en battant les Etalons sur le score de 1-0.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La 29e édition de la Coupe d’Afrique des Nations en Afrique du Sud s’est achevée le dimanche 10 février 2013, avec le sacre des Super Eagles du Nigeria au Soccer City de Johannesburg. Retour sur trois semaines de football faites de surprises et de déceptions.

En battant le Burkina Faso en finale de la Can 2013 ( 1-0), le Nigeria succède à la Zambie et participera en juin prochain au Brésil, à la Coupe des confédérations. Pour arriver au sommet du football africain, le Nigeria a dû attendre 19 ans. Et ce succès est à mettre à l’actif du sélectionneur national, Stephen Keshi. Vainquer de la Can 1994, il a réaménagé la sélection nigériane, en délaissant des figures emblématiques comme Peter Odemwingie et Obafemi Martins. Pour privilégier une jeune génération incarnée par Victor Moses (22 ans), Emmanuel Emenike (25 ans), meilleur buteur de la compétition (4 buts), Obi Mikel (25 ans) et par des joueurs locaux comme le buteur Sunday Mba, d’Enugu Rangers. Avec cette jeune génération Stephen Keshi devient le deuxième homme à remporter une Can en tant que joueur et entraîneur.

Les Etalons, la révélation

Les Etalons du Burkina Faso constituent la révélation de cette Can sud africaine. Inattendue à ce stade de la compétition, les vice-champions d’Afrique ont déjoué les pronostics. Jonathan Pitroipa et ses coéquipiers ont en six sorties, enregistrés trois victoires, deux nuls et une seule défaite, celle de la finale face au Nigeria. Les poulains de Paul Put, le sélectionneur des Etalons, ont fait preuve d’un remarquable fighting- sprit et de détermination en finissant en tête de la poule C ; un groupe relevé avec une impressionnante sélection de l’Ethiopie et la Zambie, le champion sortant. En quart de finale, le Burkina Faso a eu besoin d’une prolongation et d’un but de la tête de Jonathan Pitroipa pour sortir le Togo, d’Emmanuel Adebayor très investi. Les Eperviers parvenaient pour la première fois à ce niveau de la compétition. En demi-finale, ce fut encore plus dur pour les coéquipiers de Charles Kaboré. Opposés à l’un des favoris, le Ghana et à un arbitrage très défavorable, les Burkinabè sont allés chercher au bout d’eux-même une qualification historique aux tirs au but.

Le Cap Vert, la surprise

Si le Burkina Faso demeure la révélation, la sélection Cap-Verdienne a été la grande surprise de cette Can 2013. Pour sa première participation, les Requins bleus ont réussi à se hisser au stade des quarts de Finale. Avant de se faire éliminer par le Ghana. Ils ont surtout prouvé que leur qualification acquise face au Cameroun de Samuel Eto’o n’était pas usurpée.

La Côte d’Ivoire, la Zambie, l’arbitrage, les véritables déceptions

Outre la grosse surprise, les déceptions de cette Coupe d’Afrique des Nations sont venues de la Côte d’Ivoire, finaliste de la Can 2012 et la Zambie. Donnés toujours favoris, les Eléphants ont pour cette édition, déçus plus d’un. Pendant que tous les spécialistes attendaient la bande à Sabri Lamouchi dans le carré, les Eléphants conduits par Didier Drogba se sont arrêtés en quarts de finale devant le Nigeria. Du côté de la Zambie, champion en titre, elle n’a pu s’offrir une place pour les quarts de finale. Sortant ainsi lors du premier tour avec à la clé, aucune victoire- (trois matches nuls). A l’instar de ces deux sélections, la fausse note de cette Can est venue des hommes en noirs. Qui n’ont véritablement pas assuré. Celui qui restera marqué dans l’esprit des amoureux du football est bien Jdidi Slim, l’arbitre tunisien qui, au cours de la demi-finale entre le Burkina Faso et le Ghana s’est illustré de la pire des manières.

K.Ange

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires