Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Santé
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2762 du 14/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Santé

Maladies cardiovasculaires / L’hypertension artérielle : Un mal qui tue plus que le SIDA
Publié le jeudi 14 fevrier 2013  |  L’intelligent d’Abidjan




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Les maladies cardiovasculaires sont en nete progression. Et la principale cause de ces maladies, selon le cardiologue camerounais Dr Yves Monkam est due à l’hypertension artérielle. Déjà en 2000, selon la base de données de l’organisation Mondiale de la santé (OMS), l’on comptait 927 000 000 cas d’hypertendus dans le monde, soit une prévalence de 26%. L’hypertension, artérielle est responsable de 7 000 000 de décès par année.

L’hypertension artérielle est une maladie liée à l’augmentation de la force de circulation du sang dans les artères. Selon Dr Laubhouet Koffi Véronique, cardiologue à Abidjan, lorsque cette pression est trop élevée, c’est-à-dire lorsque supérieure soit à 14 ou soit 9 (14/9).Cela peut abîmer les artères à la longue. Ce qui va entrainer des complications au niveau de certains organes tels que le cœur, les reins, les yeux et le cerveau. Ainsi, une personne atteinte de l’hypertension artérielle peu soit avoir un ‘’gros cœur’’. On parlera en terme médicale d’hypertrophie ventriculaire gauche, soit avoir les reins qui ne pourront plus assurer les rôles de filtration du sang de l’organisme (on parlera en terme médicale d’insuffisance rénale chronique), ou avoir les petits vaisseaux qui tapissent le fond de chaque œil detruits (on parlera là de rétinopathie hypertensive), ou encore soit avoir une attaque au niveau du cerveau, on parlera alors d’accident vasculaire cérébral (AVC) qui entraine la paralysie. « Contrairement au cerveau où l’atteinte survient brutalement, l’atteinte des autres organes se fait progressivement de façon insidieuse, au fil des années. Une fois la complication installée, il n’y a pas de possibilité de retour à l’état initial et ce, malgré le traitement», a averti Dr Laubhouet Véronique. «L’hypertension artérielle est la conséquence d’une mauvaise hygiène de vie», a indiqué, pour sa part, le Pr Maurice Kacou Guikahué, président de la Société ivoirienne de cardiologie lors d’une émission sur Radio France Internationale (RFI) le 17 janvier 2013.

Les facteurs provocateurs

Les facteurs provocateurs de l’hypertension artérielle sont plus ou moins connus de tous. Selon Dr Eric Olélé, rythmologue à l’hôpital privé de Bois-Bernard (France), «le stress, l’obésité, l’inactivité physique (manque de sport), le fait de fumer, l’abus de l’alcool, la consommation excessive de sel, le fait de manger trop gras (surtout la graisse animale), la prise de certains produits tels que les corticoïdes, la réglisse, les Œstrogènes (pilules) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens» peuvent favoriser l’hypertension artérielle. Cependant, ces facteurs sont modifiables. Car, l’on peut prendre la décision de l’éviter. A côté de ces facteurs, dira-t-il, il existe d’autres facteurs pour lesquels, on n’y peut rien. Il s’agit de la prédisposition familiale (héréditaire) et l’avancement en âge (vieillissement). A ce niveau, il faut savoir que si le vieillissement favorise un durcissement des artères qui entraine l’hypertension artérielle, le fait d’avoir l’un ou des deux parents hypertendus expose également à cette affection.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires