Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2828 du 15/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Giga meeting du 16 février 2013 : Les organiseurs confiants et sereins
Publié le vendredi 15 fevrier 2013  |  Le Temps




 Vos outils




La jeunesse du Fpi a décidé d’organiser, demain samedi 16 février 2013, à la place Cp1 de Yopougon, un grand meeting. Afin de demander la libération du Président Laurent Gbagbo. Ainsi que celle des autres cadres et militants de la majorité présidentielle. A quelques heures de cette grande messe, l’équipe de reportage de votre quotidien préféré a fait un tour à la place Cpi, lieu du meeting. Afin de savoir comment vont les préparatifs. Mercredi 13 février 2013. Il est 17 heures. La place Cp1, Justin Koua, secrétaire général par intérim de la Jfpi, entouré de quelques uns de ses lieutenants, arrivent sur les lieux devant abriter le meeting de demain. Ils sont venus inspecter les lieux pour voir comment la manifestation va se dérouler. Selon lui, il n’y a aucun problème. Tout est fin prêt pour accueillir cette grande manifestation de la jeunesse du Front populaire ivoirien. Rien n’est négligé. Tous les détails sont pris en compte. «Nous sommes en train de régler les derniers détails. La place Cp1 doit refuser du monde demain. Il faut qu’on démontre aux yeux du monde entier, et surtout à la Cpi, que le Président Laurent Gbagbo détient la majorité dans ce pays». Claude Dassé, président chargé de la mobilisation, ne dit pas le contraire. «Nous allons démontrer demain notre capacité de mobilisation. Avec Laurent Gbagbo, on n’a pas besoin de sonner la mobilisation. Son nom et son image sont déjà des éléments de mobilisation» soutient-il. Par ailleurs, les organisateurs rassurent la population ivoirienne et les nouveaux tenants du pouvoir que le meeting est une manifestation pacifique. Coupant court sur les articles de certains confrères proches du Rhdp qui parlent de tous les dangers. «Nous avons été bien éduqués par le Président Laurent Gbagbo sur les méthodes démocratiques. Nous n’avons pas une culture de violence. Nous sommes pour des méthodes pacifiques. La preuve, nous avons informé toutes les institutions et les Ambassades», soutient Justin Koua Avant de poursuivre : «Ceux qui racontent qu’il y a danger ce samedi 16 février ont peur. Parce qu’ils savent que nous sommes majoritaires dans ce pays. Donc, ils veulent que notre manifestation soit annulée. Ils soutiennent partout que nous sommes minoritaires. Alors qu’ils nous laissent tranquille. Nous sommes sereins». Au niveau sécuritaire, toutes les dispositions sont prises pour éviter d’éventuels débordements. Selon lui, la sécurité sera assurée par les militants. Chacun sera le policier de son ami. En plus, la police nationale sera de la partie. Il profite pour remercier le ministre Hamed Bakayoko qui leur a promis de prendre toutes les dispositions pour sécuriser le meeting. Au niveau de la mobilisation des Ivoiriens pour ce grand rassemblement, Claude Dassé soutient ne rien craindre. Puisqu’ils ont fait des tournées à travers le District d’Abidjan. Ainsi qu’à l’intérieur du pays. «La place Cp1 va refuser du monde. Nous en sommes convaincus. Nous donnons rendez-vous ce samedi à tous ceux qui doutent sur notre capacité de mobilisation», explique-t-il. Avant d’inviter les Ivoiriens épris de paix à sortir massivement pour réclamer la libération du Président Laurent Gbagbo qui est injustement incarcéré.

Yacouba Gbané

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires