Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Showbizz
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2765 du 19/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Showbizz

Showbiz / Yerusha encore dans les bacs : Une musique qui parle aux consciences
Publié le mardi 19 fevrier 2013  |  L’intelligent d’Abidjan




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

‘’Yeru’’ entendez ‘’Héritage’’. ‘’ Shalom’’ écoutez dire la paix. Prenez le premier mot et joignez le suffixe au deuxième, vous aurez Yerusha qui signifie ‘’ tu auras la paix’’. Cette paix recherchée n’est pas facile pour l’artiste. Comment trouver l’équilibre entre son for intérieur et son entourage ? Yerusha vient avec son album ‘’De là où j’viens’’. Le message est clair. Le ‘’Jokey du Hip-Hop’’ se raconte (expériences) et raconte l’actualité du monde. L’homme, issu de la commune d’Abobo ne se doutait pas qu’il finirait par être piqué par le virus du HIP-HOP. Il a toujours été séduit et emporté par la vague de la musique, à travers le Jazz, le Reggae, la Soul... Mais à écouter tous ces genres, l’homme semblait se perdre jusqu’à ce qu’il découvre comme un trésor le HIP-HOP. Pour ses compositions, il a ajouté à cette musique urbaine, des sonorités jazzies, Soul et Rnb. Le cocktail sonore qui naît, est baptisé par l’artiste (Yerusha) ‘’Rap Alternatif’’. De son avis, «la musique (le HIP-HOP) n’est pas statique». Elle est dynamique et doit pouvoir épouser d’autres couleurs, d’autres sensibilités afin de créer une proximité avec ses mélomanes. C’est peut être l’une des raisons qui poussent l’enfant d’Abobo, à décrire sa musique comme «une musique de ‘’Mind’’ (intelligence et réflexion), une musique d’écoute et non une musique du corps ». Une musique qui est au service de l’éducation et de l’information de masse. Arrivé au Rap depuis 1996, l’homme qui a su se familiariser avec le micro pour dire haut ce que les genres murmurent entre quatre mûrs, va d’abord côtoyer les World Defenders, Brigarde Abidjanaise de Rap (BAR) et Alliance Inter Etats avant de se retrouver à Sinner J (Sinergie), un groupe dont il est membre fondateur avec ses copains tels Black Desy et Kasias dans la banlieue du Nord d’Abidjan, plus précisément dans la commune ‘’martyre d’Abobo’’.

BT.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires