Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 3973 du 19/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Politique

Après les affrontements : La situation toujours tendue à Affery
Publié le mardi 19 fevrier 2013  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le calme est revenu, mais la tension reste toujours vive à Affery. Au lendemain des affrontements entre les jeunes de la ville et les FRCI, la tension reste toujours tendue, même s’il règne un calme qu’on peut qualifier de précaire. Comme le jour de la survenue des évènements, tout tourne au ralenti. Selon un habitant de la ville que nous avons joint au téléphone, les activités commerciales, le transport et l’école entre autre, ont été paralysées. « Aucun véhicule ne sort ou n’entre dans la ville. Le marché est fermé », rapporte-t-il. Au niveau des jeunes, l’ardeur semble avoir baissé. « On les voit par petits groupes, mais pas dans les dispositions d’un affrontement avec les FRCI ». Ces derniers, selon notre interlocuteur, seraient rentrés sur leur base. Par contre, à l’en croire, une vingtaine d’éléments de la Garde républicaine a pris possession de la ville. Les forces de l’ordre qui étaient sur place jusqu’au moment des évènements, se sont retirés de l’intérieur de la ville pour se retrouver dans leur caserne, poursuit notre interlocuteur. Il se félicite ainsi que les heures ne sont plus chaudes comme c’était le cas dans l’après-midi du dimanche. Ce jour-là autour de 14 heures, une altercation entre un élément des FRCI et un jeune du quartier Ambekoua a dégénéré. Un l’élément des FRCI se serait présenté devant une boutique tenue par un jeune de la ville en vue de prélever une taxe. Le boutiquier, absent, aurait confié la gestion de son affaire à un autre jeune. Ce dernier, aurait demandé à l’élément des FRCI de revenir pour s’adresser directement au propriétaire de la boutique. Face au refus de s’en aller du soldat, une altercation verbale entre les deux personnes aurait attiré une foule de jeunes. Ces derniers s’en seraient alors pris à l’élément des FRCI. Mal en point, les jeunes auraient finalement décidé de conduire l’élément en sang dans un centre de santé. Alertés, ses frères d’armes se seraient mis en branle en faisant usage de leurs armes pour disperser la foule. Depuis la fin de la crise postélectorale, c’est la troisième fois qu’une altercation survient entre les FRCI et les jeunes de la ville. Les jeunes avaient demandé le départ des FRCI de la ville. La requête a été rejetée par Paul Koffi Koffi, ministre auprès du Président de la République en charge de la Défense.

Thiery Latt

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires