Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

CPI: journaux pro-Ouattara et pro-Gbagbo réclament justice, mais pas la même
Publié le mardi 19 fevrier 2013  |  AFP


A
© Reuters
A man looks at newspapers in Abidjan on November 1, 2010 following presidential elections ballot closures yesterday.
A man looks at newspapers in Abidjan on November 1, 2010 following presidential elections ballot closures yesterday. The people of Ivory Coast on Monday awaited the outcome of a presidential poll, after a historic and peaceful vote in which they had a free choice among candidates and turned out in large numbers. President Laurent Gbagbo`s mandate ran out in 2005, but the 65-year-old postponed the election six times because of problems with the electoral register and over the question of the disarmament of the FN. Journaux et presse


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABIDJAN - L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo va "répondre de ses crimes" lors de l’audience qui débute mardi à la Cour pénale internationale (CPI), estime la presse proche du pouvoir à Abidjan, mais pour les journaux d’opposition ce tribunal a perdu l’essentiel de sa "crédibilité".

"Gbagbo répond de ses crimes", titre en "Une" Le Nouveau réveil, un quotidien proche du régime du président Alassane Ouattara.

Pour L’Expression, autre journal favorable au pouvoir, "les chances de sortie" de prison du "Machiavel des lagunes" - l’un des surnoms de l’ancien chef de l’Etat - sont "très minces en raison des charges lourdes qui pèsent contre lui".

Détenu depuis fin 2011 à La Haye, Laurent Gbagbo comparaît à partir de mardi devant la Cour, qui doit décider si elle organise ou non un procès contre l’ancien président, soupçonné de crimes contre l’humanité commis durant les violences postélectorales de 2010-2011, qui ont fait environ 3.000 morts.

Le Patriote, quotidien très proche du parti de M. Ouattara, le Rassemblement des républicains (RDR), s’insurge contre la ligne de défense de l’ancien président, qui s’estime victime d’un "complot international" ourdi par l’ex-puissance coloniale française.

"Gbagbo n’est pas une victime des Blancs mais de sa politique meurtrière", accuse le journal, qui dénonce une "campagne sournoise et surtout malsaine" et réutilise un autre surnom de M. Gbagbo, le "boulanger" qui "tente d’enfariner tout le monde".

Dans le camp Gbagbo, les journaux font en revanche le procès de la CPI.

Notre voie condamne ainsi "une justice toujours à sens unique" et affirme qu’avec sa "posture partisane flagrante, la CPI ne mérite plus aucun crédit".

"Le procureur de la CPI ferme les yeux sur les vrais criminels pour s’acharner contre le président Laurent Gbagbo", écrit le quotidien, rappelant que des personnalités du camp Ouattara sont aussi soupçonnées de crimes graves mais restent épargnées par la Cour.

Pour Le Temps, autre journal pro-Gbagbo, "dans cette affaire dont le caractère politique n’est plus à démontrer, la CPI joue la dernière ligne de sa crédibilité qui est d’ailleurs largement entamée".
tmo/eak/jlb

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires