Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2832 du 20/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Débat autour de la confirmation des charges de Gbagbo : le Rdr étale son ignorance à la face du monde
Publié le mercredi 20 fevrier 2013  |  Le Temps


CPI
© AFP par DR
CPI : l’ex Président Laurent Gbagbo devant les juges
Mardi 19 février 2013. La Haye. L’ancien président ivoirien comparait à la Cour pénale internationale (CPI), pour crime contre l’humanité.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

A l’occasion du début de l’audience de confirmation des charges du président Laurent Gbagbo, la chaine internationale Africa 24 a organisé hier mardi 19 février, un débat. Dans un souci d’équilibre de l’information, des représentants du Fpi et du Rdr ont été invités à prendre part à ce débat d’idées. Mais une fois de plus, le monde entier s’est « gavé » des lacunes, des carences et des ignorances étalées des représentants de Ouatttara. A les entendre, on comprend que Ouattara paye bon nombre de ses collaborateurs à ne rien faire. A la vérité, ceux-ci ne sont pas à la hauteur des grands débats de fond. Joël N’guessan, ancien ministre des Droits de l’Homme, transfuge du Mfa, « parti microscopique », désormais porte parole du Rdr, veut la condamnation de Laurent Gbagbo par la Cpi. Oubliant à que pendant sa gouvernance, Laurent Gbagbo avait pris la décision d’amnistier les déstabilisateurs du pays. Ignorant aussi que c’est le sens élevé de l’intérêt supérieur de la nation qui a permis à Laurent Gbagbo d’intégrer ses opposants à son gouvernement. Joël N’guessan a voulu faire croire que Gbagbo a empêché les enquêteurs de la Cpi de mener leurs investigations. Et Me Séry Zokou de rétablir la vérité en lui faisant remarquer qu’il aurait pu démissionner en son temps de son poste de ministre des Droits de l’Homme. Touré Amadou, conseiller spécial de Ouattara, appelé à la rescousse, n’a pu mieux faire. A court d’argument , il va s’en prendre vertement à l’éditorialiste d’Africa 24, Christan Nana. L’accusant d’être un militant de première heure du Front populaire ivoirien. Mais cet intellectuel reconnu lui rappellera qu’il n’a jamais milité pour le compte du Fpi.
Paterne Ougueye Yves

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires