Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Le litige frontalier ivoiro-guinéen sera réglé pacifiquement (gouvernement ivoirien)
Publié le mercredi 20 fevrier 2013  |  AFP


En
© Ministères par FN
En prélude aux prochaines élections régionales et municipales: le gouvernement chez le Président Bédié
Samedi 16 février 2013. Abidjan. Résidence du président de la Conférence des présidents du RHDP. En prélude aux prochaines élections municipales et régionales, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan conduit une délégation du gouvernement chez le Président Henri Konan Bédié


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABIDJAN - Le litige frontalier avec la Guinée, dont l’armée occupe un village de l’Ouest ivoirien depuis fin janvier, sera réglé pacifiquement, a affirmé mercredi le gouvernement ivoirien, appelant à "l’apaisement", tandis que le gouvernement guinéen a nié tout différend.

"La Côte d’Ivoire et la Guinée, résolues à privilégier un règlement pacifique de ce différend, et après concertations, ont décidé" d’appeler chacune de son côté leurs populations à "l’apaisement", selon un communiqué du Conseil des ministres ivoiriens.

Sont prévus "le retrait des troupes de cette localité", à une date non précisée, une "réunion en urgence de la Commission mixte ivoiro-guinéenne" et "la reprise des travaux de bornage de la frontière", ajoute le texte.

"Le gouvernement lance un appel au calme et à l’apaisement à l’endroit des populations ivoiriennes habitant les localités frontalières avec la Guinée et leur demande de s’abstenir de tout acte susceptible de gêner" le "règlement pacifique" de cet incident, conclut-il.

Selon le gouvernement ivoirien, le village de Kpéaba, proche de la localité ivoirienne de Sipilou (à une quinzaine de km de la frontière), est occupé depuis le 25 janvier par des soldats guinéens, ce qui a occasionné des "incidents" avec les habitants. Les soldats guinéens y ont retiré le drapeau ivoirien pour hisser celui de la Guinée, selon une source militaire ivoirienne.

Ce litige frontalier remonte à l’époque de l’indépendance des deux pays voisins. Ex-colonies françaises, la Guinée a acquis son indépendance en 1958 et la Côte d’Ivoire en 1960.

Dans un communiqué publié mercredi soir à Conakry, le ministère guinéen des Affaires étrangères a parlé d’"informations non justifiées alléguant l’existence d’un prétendu conflit frontalier entre la Côte d’Ivoire et la Guinée autour du village (de) Kpéaba".

"Le gouvernement guinéen tient à souligner le climat de confiance réciproque et d’entente mutuelle régissant les relations amicales et fraternelles entre la Côte d’Ivoire et la Guinée. Ces relations se caractérisent par la quiétude de la vie de nos braves populations frontalières
(...) Il ne saurait y avoir un quelconque différend territorial entre la Guinée et la Côte d’Ivoire", a-t-il déclaré.

La Guinée "ne ménagera aucun effort pour raffermir (ses) liens étroits" avec la Côte d’Ivoire, et son gouvernement est disposé "à examiner avec le gouvernement ivoirien, les voies les plus appropriées concourant à la consolidation du socle de fraternité" entre leurs peuples, a-t-il ajouté, annonçant, sans plus de détails: "A cet égard, une délégation ministérielle
guinéenne se rendra très prochainement à Abidjan en vue d’examiner la question."

L’Ouest ivoirien, frontalier de la Guinée et du Liberia, a été meurtri durant la crise postélectorale de 2010-2011 ayant fait quelque 3.000 morts.

Cette région a connu depuis lors une série d’attaques, parfois sanglantes, de groupes armés.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires