Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2767 du 21/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Économie

Golfe de Guinée / Piraterie maritime : La sous-région perd 1000 milliards de FCFA
Publié le jeudi 21 fevrier 2013  |  L’intelligent d’Abidjan




 Vos outils




Un séminaire-atelier sur la stratégie maritime intégrée (SMI) de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) s'est ouvert à Abidjan le mercredi 20 février 2013. Cet atelier se tient à l'initiative du gouvernement ivoirien et du Commandement militaire des États-Unis pour l'Afrique (AFRICOM). Durant 3 jours, les participants des 15 pays de la CEDEAO, d'agences gouvernementales et d'institutions internationales traiteront les problèmes liés à la sécurité maritime et analyseront la SMI de la CEDEAO et sa capacité à faire face aux menaces maritimes dans la région. Les participants devront également discuter avec les équipes du Centre d'études stratégiques de l'Afrique (CESA) et de l'AFRICOM des moyens permettant d'intégrer leurs observations à la SMI pour la rendre plus efficiente. Ouvrant le séminaire, le ministre chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi, représentant le gouvernement ivoirien, a relevé la nécessité de la sécurité dans le Golfe de Guinée qui, selon lui, devient certes inquiétante, mais pas alarmante. Devant le rôle du Golfe dans le commerce international, le ministre appelle à un front pour lutter contre la piraterie des navires qui est une préoccupation sous-régionale. "C'est par la mise en commun de nos moyens que nous pourrons y arriver", suggère Paul Koffi Koffi. Quant à l'ambassadeur des États-Unis en Côte d'Ivoire, Phillip Carter III, il a indiqué que les océans d'Afrique sont une source cruciale pour la subsistance et la sécurité alimentaire. Il a en outre déploré les 3 actes de pirateries qui ont été commis dans les eaux ivoiriennes. Le diplomate américain a estimé les pertes au titre de pirateries et vols à mains armées, selon un rapport de la Banque mondiale à 2 milliards de dollars US soit 1000 milliards FCFA en 2011 au niveau de la région. Selon Phillip Carter III, la présence de l'AFRICOM et du CESA est la démonstration du soutien et de l'engagement des États-Unis à renforcer la sécurité maritime. "Ces efforts peuvent positivement contribuer au développement économique et social et également améliorer la stabilité nationale, régionale et continentale" a souligné l'ambassadeur.

FO

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires