Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L’Inter N° 4417 du 22/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Impunité et Justice : Berth Koenders appelle à une justice équitable
Publié le vendredi 22 fevrier 2013  |  L’Inter


Yamoussoukro:
© Présidence par DR
Yamoussoukro: le Président Ouattara a ouvert la 52e session ordinaire de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples
Mardi 9 octobre 2012. Yamoussoukro. Le Président Alassane Ouattara ouvre la 52e session ordinaire de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples. Photo: le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Côte d`Ivoire, M. Bert Koenders


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La lumière sur l’attaque de Nahibly demandé d'urgence.

Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Albert Gerard koenders, a appelé les autorités ivoiriennes à une justice équitable. C'était hier jeudi 21 février à Yamoussoukro, pendant une conférence sur ''l’impunité et la justice équitable en Côte d’Ivoire''. Le Haut Commissariat des Nations Unies a indiqué avoir appris de ses expériences en matière de sortie de crise, « chaque conflit est unique, que les guerres affectent les populations de manière distincte, que les différents systèmes de justice sont plus ou moins efficaces et légitimes en fonction des pays et situations ». A l'issue de cette conférence, les nombreux experts présents à Yamoussoukro, à travers les résultats de leur réflexions, ''vont mettre à la disposition des autorités, de la société civile et des populations ivoiriennes, la meilleure expertise possible afin que les Ivoiriens décident d’eux-mêmes de l’équilibre qu’ils souhaitent atteindre (...)''. « Si un pays n’emprunte pas le bon chemin, celui approprié à son histoire, sa culture et les attentes de ses citoyens, le retour à la violence est grand », a prévenu le représentant de Ban-ki moon en Côte d'Ivoire. Se voulant précis, le patron de l’Onuci a d’abord fait remarquer que malgré d’importants progrès réalisés ''grâce aux efforts des uns et des autres, d’importants défis restent à relever dans le chantier de la lutte contre l’impunité''. C’est pourquoi il a appelé la conférence à se pencher sur certaines questions soulevées par le Conseil de sécurité de l'ONU et qui engagent la Côte d’Ivoire. Notamment la résolution 2062 qui, en ses paragraphes 12 ''prie instamment le gouvernement ivoirien de veiller le plus rapidement possible à ce que, quels que soient leur statut ou leur appartenance politique, tous les auteurs de violations graves des droits de l’homme ou d’atteintes au droit international humanitaire (…) soient traduits en justice (…), que tous les détenus soient informés de leur statut en toute transparence et engage le gouvernement ivoirien à continuer de coopérer avec la CPI''. Le Conseil de sécurité, selon lui, a aussi mentionné deux cas spécifiques récents. Il s'agit de l’attaque du site de personnes déplacées de Nahibly (Duékoué), et celle à Para où 7 casques bleus ont péri (…). « Dans ces cas, comme dans les autres, et quelle que soit leur gravité, il est crucial de rendre justice aux victimes qui appartiennent d’ailleurs peut-être à différents côtés du spectre politique, mais justement ce qui est essentiel, c’est une justice pour tous », a soutenu Berth Koenders. « Les personnes déplacées du site de Nahibly et les citoyens de Para attendent de comprendre comment elles ont pu être victimes d’attaques de cette nature, au grand jour, et en présence de nombreux témoins », a-t-il conclu.

Blaise BONSIE à Yamoussoukro

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires