Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2768 du 22/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Économie

Dette intérieure / Impact sur l’économie ivoirienne : Comment l’Etat compte desserrer ce nœud
Publié le vendredi 22 fevrier 2013  |  L’intelligent d’Abidjan




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

A l’initiative de l’Union patronale de l’Enseignement supérieure privé de Côte d’Ivoire (Upesup), le Trésorier payeur général (TPG) a prononcé une conférence publique sur le thème «Paiement de la dette intérieure : son impact sur la Côte d’Ivoire». C’était récemment, au siège de l’Union à Angré. M. Cissé Abdul Kader, conférencier du jour, a donné tous les chiffres concernant les créances internes et de situer les uns et les autres sur la gestion de cette dette. Présentant la structure de cette dette intérieure (sa géographie), le TPG a indiqué qu’il existait un lien entre la dette extérieure (6000 milliards de FCFA) contractée auprès des partenaires multilatéraux (FMI, BM, Club de Paris…) et la dette intérieure. Si aujourd’hui grâce aux efforts multiples, la dette extérieure a été réduite (à 2000 milliards de FCFA) du fait du PPTE, celle due aux prestataires locaux de service a besoin d’être réduite pour booster la croissance. Il a expliqué que la dette intérieure constituée par l’ensemble des créances contractées auprès des structures internes est stratifiée de deux (2) manières. Celle due aux banques intérieures dont la BCEAO (différentes casses pendant la crise et les emprunts) et celle contractée avec les banques commerciales. Le rapport sur la dette publique fin 2012 situe l’ardoise envers le secteur bancaire à près de 655 milliards de FCFA. Quant à la dette due au secteur non bancaire, elle a aussi à deux (2) composantes. Il y a la dette conventionnelle qui s’établit à 1558 milliards de FCFA due aux fournisseurs (collectivités, EPN, Entreprises, etc.). «Au 1er janvier 2012, l’Etat avait payé 240 milliards de FCFA sur les 274 milliards de FCFA d’arriérés pour 2011», a indiqué Cissé Abdul Kader. Il a ajouté qu’en 2012, l’Etat a apuré la somme de 55, 7 milliards de FCFA. S’agissant des établissements privés qui ont évoqué des créances de près de 90 milliards de FCFA, le TPG affirme que ce sont 53 milliards de FCFA qui seront réglés en 2013. 1000 milliards de FCFA ont été réglés entre 2011 et 2012. Concernant la gestion de cette dette, le conférencier a assuré que l’Etat entend investir plus de 1027 milliards de FCFA dans différents programme scolaires, sanitaires, infrastructures, etc. Au plan micro-économique, il s’agit de payer les créances au risque d’accentuer le chômage, l’inflation, l’arrêt des programmes… «2013 a été dédiée année de la dette intérieure. Il s’agit de les apurer et de prendre des mesures pour ne plus les accumuler», a-t-il informé. Selon lui, le Chef de l’Etat a donné des instructions afin de collecter 773 milliards de FCFA en 2013 en passant par les marchés financiers. «Aujourd’hui, la crédibilité de la signature de l’Etat lui permet de faire baisser les taux d’emprunt sur les marchés financiers tout en augmentant le volume d’emprunt», s’est félicité Cissé Abdul Kader.
Olivier Guédé

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires