Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2769 du 23/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Après une ponction sur le salaire de certains fonctionnaires / Gnamien Konan catégorique : ‘‘Si vous avez fait trois jours de grève... on les retranche dans votre salaire’’
Publié le samedi 23 fevrier 2013  |  L’intelligent d’Abidjan


Activités
© Abidjan.net par Serges T.
Activités Gouvernementales : Identification des fonctionnaires - Le Ministre Gnamien Konan face à la presse
Jeudi 27 septembre 2012. Abidjan-Plateau. Le ministre de la fonction publique a animé une conférence de presse à son cabinet pour inciter les fonctionnaires retardataires à se faire idenfier.


 Vos outils




La décision d’une ponction sur le salaire des enseignants entrés en grève du 21 au 23 janvier dernier, entrera en vigueur à partir de la fin du mois de février 2013. Le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative et le président du COSIFOCI ont réagi, hier sur ONUCI-Fm, l’un pour expliquer les motivations d’une telle décision et l’autre pour dévoiler la conduite à tenir.

«C’est la loi n°92-571 du 11 septembre 1992 relative aux modalités de la grève dans les services publics, adoptée par l’Assemblée nationale et promulguée par le Président de la République de l’époque, Félix Houphouët-Boigny, qui indique clairement à quoi s’expose les grévistes, même dans le cadre d’une grève concertée, c’est-à-dire une grève légale (...) Si vous avez fait trois (3) jours de grève, on calcule proportionnellement la valeur salariale de ces trois jours et on le retranche de votre salaire», a justifié le ministre de la Fonction publique, Gnamien Konan. Cette décision est contestée par le président de la Confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (COSYFOCI), qui entend introduire un recours grâcieux auprès de la tutelle. «Dans un premier temps, nous ferons un recours gracieux auprès du ministre de la Fonction Publique, ensuite nous allons saisir la chambre administrative de la Cour suprême. En tout état de cause, il y aura une Assemblée générale le 9 mars, où tous les fonctionnaires seront invités et apprécieront la situation. Car pour nous, si l’autorité s’empresse à ponctionner nos salaires, l’autorité doit aussi prendre toutes les mesures pour satisfaire nos droits, notamment, les 150 points d’indices, le déblocage des salaires… C’est pourquoi, nous pensons que toutes les mesures prises à présent, sont des mesures qui tendent à nous intimider et à distraire les fonctionnaires», a dit Tapé Djédjé Apollinaire qui n’a pas donné de détails sur le nombre de fonctionnaires concernés par cette mesure. «Nous n’avons pas le chiffre exact, mais nous savons de plus en plus que les fonctionnaires nous appellent pour nous faire savoir qu’effectivement ils ont eu des salaires qui ont été ponctionnés. Pour certains 14.000 FCFA, pour d’autres, 20.000 CFA», a-t-il fait savoir.

A.Dedi

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires