Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2836 du 25/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Ponction sur les salaires des fonctionnaires grévistes : La colère des fonctionnaires monte
Publié le lundi 25 fevrier 2013  |  Le Temps




 Vos outils




En tout cas, pour une fois, le gouvernement a tenu sa promesse. Celle de faire des ponctions sur les salaires des fonctionnaires grévistes. Les bulletins de salaire de cette fin du mois de février l’attestent si bien. Un prélèvement sera donc effectué sur la paye de cette fin du mois.

Ceux d’entre les fonctionnaires qui croyaient béatement que l’actuel régime allait allégé leurs souffrances viennent de se rendre à l’évidence. L’équipe de Ouattara, loin de ce «rêve», veut les affamer. Au constat de l’actualité, les observateurs avertis de la vie sociopolitique en Côte d’Ivoire soutiennent avec arguments qu’il y a une volonté manifeste de l’actuel régime d’étouffer tous ce qui est protestation ou manifestation dans ce pays. Le gouvernement répète à qui veut l’entendre que le salaire est la paie d’un travail effectué sur une période d’un mois, s’agissant des fonctionnaires de Côte d’Ivoire. Autrement dit : «pas de travail pas de salaire». Les fonctionnaires qui ont marqué un arrêt de travail pour des revendications légitimes payent cash «le prix de leur audace». Et comme il fallait s’y attendre, cette décision gouvernementale a créé une grosse colère au sein de la famille des fonctionnaires ivoiriens. Les syndicats se prononceront donc ce lundi 25 février lors d’une conférence de presse pour indiquer la conduite à tenir. Plus de 500 agents, révèle-ton, sont concernés par cette sanction. Une menace et un acte d’intimidation à l’endroit des enseignants et des personnels de la santé qui, on s’en souvient, ont eux aussi observé une grève du 4 au 8 février. Cette mesure, qui risque de déclencher d’autres mouvements, arrive au moment où «des négociations se poursuivent entre les différentes parties pour trouver une solution». Que vont décider les fonctionnaires aujourd’hui ? Attendons de voir.

Paterne Ougueye Yves

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires