Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2837 du 26/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Fonction publique - Ponction sur les salaires : La mise en garde des fonctionnaires
Publié le mardi 26 fevrier 2013  |  Le Temps




 Vos outils




La Confédération des syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (Cosyfoci) s’est prononcée sur la récente décision du gouvernement relative à la ponction faite sur le salaire des grévistes dès cette fin de mois de février 2013. Au cours d’une conférence de presse organisée hier lundi 25 février, au 1er étage de la Tour D, Ouattara Ibrahim, secrétaire général de la Cosyfoci, a rejeté ladite décision qu’il trouve «méprisante, discriminatoire, arbitraire et injuste». Selon le conférencier, les fonctionnaires sont victimes de nombreuses frustrations. «Nous avons mené une grève les 21, 22, 23 janvier 2013. Alors qu’on s’attendait à la satisfaction de nos revendications ou même à des négociations, le gouvernement prend des mesures pour nous sanctionner. Alors qu’en février, d’autres structures syndicales sont entrées en grève. Pour les calmer, on a crée un comité interministériel pour des négociations. Jusque là il n’est pas question de sanctions chez les enseignants ou le personnel de santé. Ce n’est pas en sanctionnant les fonctionnaires que le gouvernement va nous faire taire. Nous allons nous battre jusqu’au bout pour entrer en possession de notre argent injustement prélevé. Mais aussi pour la satisfaction de nos revendications qui se résument en l’application des 150 points indiciaire, le déblocage des salaires, la revalorisation de l’allocation familiale», a martelé Ouattara Ibrahim avant d’annoncer qu’une assemblée générale se tiendra le 9 mars prochain pour savoir la conduite à tenir. Gaha Joël, secrétaire général à l’organisation du Cosyfoci soutient pour sa part que le ministre de la fonction publique et de la reforme administrative, Gnamien Konan «est coupé des réalités des fonctionnaires. Toutes les reformes qu’il annonce à grand renfort médiatique ne sont que du tape à l’œil. Il ne pourra rien faire pour les fonctionnaires par qu’il exprime du mépris pour nous. D’ailleurs nous croyons qu’il n’est plus un interlocuteur crédible. Nous aviserons bientôt», a-t-il averti.

Paterne Ougueye Yve

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires