Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article




  Sondage


Toute l'actualite de la ville

 Autres articles

Comment

Région

Barrage de Soubré : Les villages à déplacer veulent un « plan d’assistance »
Publié le mardi 26 fevrier 2013  |  AIP




 Vos outils




Soubré - Les chefs des villages appelés à être déplacés à la faveur de la construction du barrage de Soubré (région de la Nawa) plaident pour "un plan d’assistance en vivres et non vivres" pour leurs populations.
"Si le gouvernement veut vraiment nous contenter, il va falloir mettre en place un projet d’assistance en vives et non vives sur une durée de cinq ans en attendant que nos plantations entrent en production", a déclaré lundi le chef de village de Kopéragui, Kossognon Diopo Ange, interrogé par l’AIP en marge de la pose de la première dudit barrage par le président, Alassane Ouattara, à Soubré.
D'un coût d'exécution de 572 millions d'euros, soit 375 milliards de FCFA, le barrage de Soubré est le fruit d'un prêt de banque chinoise Eximbank à la Côte d'Ivoire. Il sera doté d'une capacité de 270 mégawatts, cinq fois celle du barrage de Kossou qui représente pour l’heure, le plus puissant barrage hydroélectrique avec le plus grand centre de production énergétique de Côte d’Ivoire.
Pour les travaux de cet important ouvrage, deux villages du département de Soubré, notamment Koperagui et Gnamagui, ainsi qu'une partie de Kpehiri, un autre village, vont être déplacés vers des sites aménagés par l’Etat. "Nous allons tout perdre, nos terres, nos plantations, nos cimetières ; on sera déplacé ; on nous parle de dédommagement mais la lisibilité n’est pas claire", a déploré le chef Kossognon.
En 1972, la construction du barrage de Kossou avait également entraîné, dans le centre du pays, le déplacement de plus de 100 000 personnes, ainsi que l'abandon de nombreux sites habités par leurs occupants.
Pour compenser les pertes économiques et le choc subis par la population, le gouvernement ivoirien avait initié un projet de développement intégré dans cette région baptisé "Aménagement de la Vallée du Bandama" (AVB). Ainsi, sous l'AVB, 120 nouveaux villages avaient été créés et un programme de développement agricole pour l'intensification des cultures avaient été mis en place.
Les travaux du barrage de Soubré vont durer cinq ans.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires