Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2838 du 27/2/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Bombardement du marché d’Abobo : que de contradictions !
Publié le mercredi 27 fevrier 2013  |  Le Temps




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La défense de Laurent Gbagbo, au cours du 6e jour de l’audience de confirmation ou d’infirmation des charges, s’est montrée intraitable à l’égard de l’accusation relativement au prétendu bombardement du marché d’Abobo. Une accusation elle-même accusée d’approximation dans ses allégations, témoignages et le manque de sérieux des faits cités qu’elle n’a même pas pris la peine de vérifier. La démonstration de Me Jennifer Naori, experte en armement, conseil du Président Gbagbo, a mis en lumière, l’impertinence du dossier et les violentes contradictions sur le lieu et l’heure dudit bombardement. Où s’est réellement passé le fameux bombardement brandi par Ouattara et ses amis pour ameuter et pousser la communauté internationale, le Conseil de sécurité des Nation-unies, à passer à l’offensive directe contre le pouvoir ivoirien ? Le marché près de la mairie ou les marchés satellites ?

Selon la défense, il y a au moins huit (8) marchés à Abodo. Or, chacun des multiples témoins de l’accusation Fatou Bensouda situe le bombardement sur le marché proche de lui, qui est toujours différent de celui de l’autre et parfois bien éloigné du prochain marché. Aussi, le document du Procureur entretient le flou entre le marché du quartier Derrière rail et de l’habitat autour des rails. L’accusation aurait-elle la malignité de faire croire que le pouvoir Gbagbo avait bombardé à la fois tous les marchés d’Abobo pour que, chacun, à proximité de chaque marché, vive cet enfer ? Le Procureur n’a pas fait l’effort d’enquêter. Sur quoi alors, s’est-il fondé pour porter le choix sur un marché plutôt que sur un autre ? De même, les contradictions relatives à l’heure du bombardement, enfoncent davantage l’accusation. Comment dans la même commune d’Abobo, où le fuseau horaire ne peut varier d’un quartier à l’autre, le Procureur affirme que le bombardement s’est tenu à midi, alors que d’autres disent l’avoir entendu à 10 h, d’autres avant, et d’autres encore, au contraire bien plus tard ? Voilà le Procureur empêtré dans les dédales des contradictions de ses témoins ! A quelle heure a eu lieu au juste le fameux bombardement ? Y a-t-il eu un ou alors plusieurs bombardements ce jour à Abobo ? S’il n’est certain de rien, pourquoi peut-il imputer un bombardement imaginaire au régime du Président Gbagbo ? Voilà un des tableaux sur lesquels la Défense de Gbagbo a affaibli le Procureur Fatou Bensouda.

Germain Séhoué

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires