Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L’expression N° 1072 du 9/3/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Postscriptum : Le temps du partage
Publié le samedi 9 mars 2013  |  L’expression




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

C’est un truisme. Ils sont nombreux, les militants de la première heure du Rdr qui ne sont pas contents. Cela intervient à un moment où le parti qui a porté Alassane Ouattara au pouvoir a besoin de rassembler toutes ses forces pour aller aux municipales et aux régionales. Cette semaine, on a lu dans la presse les coups de gueule de Soumahoro Alfa Yaya et Ben Kayala qui ont exprimé leur mécontentement. Ayant battu le pavé pendant une décennie, ils s’attendaient à un point de chute, si petit soit-il, avec l’avènement de l’ordre nouveau. Comme eux, de nombreux militants sont dans l’attente. Koné Lazeni, membre fondateur du Rdr, Odjé Tiakoré, ancien président du Rjr, Diabaté Almamy, président de la fondation Djéni Kobina… La liste est longue. Pêle-mêle, on peut citer Doh Isaac, Gnoleba Irma, Nando George, Timité Ahmed, Kessié Paul, Ouattara Salif, Lago Decoster, Kouamé fils David, Aly Ouattara de Yamoussoukro et Ally Ouattara d’Adzopé, Dago Solange, Konan Maxime, Bamba Adjaratou, Perou Mamadou, Eric Ouattara, Tahi Richard, Kouassi Jean, Tiero Oumar, Djamourougbé, Tiero Cissé ; Joe Ballar, Aman Bernard, Edoh Joachim, Diaby Moussa…
Cette page de journal ne suffira pas pour citer tous ces méritants qui, de façon légitime, attendent l’appel de la Nation. A côté de ces personnes bien connues, il y a les anonymes. Certains d’entre eux portent encore les séquelles des brimades et des sévices subis en raison de leur choix politique et de leur engagement pour Alassane Ouattara. Ce sont toutes ces personnes qui grognent silencieusement. Légitimement, elles ont raison de ne pas être contentes. Mais cela ne devrait pas les décourager au point de tourner le dos à la case des républicains, de ne plus participer aux réunions de mobilisation dans leurs quartiers et de tomber dans l’indifférence vis-à-vis des porte-étendards du Rdr aux élections. Sur le terrain, on constate que des déçus refusent de mettre le moindre kopec dans les affaires du parti estimant qu’ils ont été oubliés. C’est à l’intérieur de la maison qu’il faut poser les problèmes. Il leur appartient de ne pas se tromper de cible. « Personne ne connait le jour de son jour » comme nous l’a appris le vieux Menekré. C’est sûr qu’un jour, au moment où ils s’y attendront le moins, ils seront appelés pour leur donner leur part du « gâteau ». Comme quoi chacun a sa chance. En attendant, il leur appartient de reprendre le collier et de mouiller le maillot pour leur parti. C’est le moment de démontrer à la face du monde que la victoire de leur parti à la présidentielle n’est pas usurpée. A la vérité, le refus de reconnaître la victoire de Ouattara par Gbagbo, la crise postélectorale et ses dégâts ont perturbé le plan de gouvernement du président Ouattara. C’est une donne importante à prendre en compte. Les alliances avec le Pdci et avec les forces nouvelles pour chasser le régime de la refondation ont amené Ouattara à faire la promotion de nouvelles personnes en vertu des accords scellés avec ses partenaires. Cela s’est fait à un rythme tel qu’il a tendance à oublier certains membres de sa propre famille. Mais ceux qui connaissent le président Ouattara savent que c’est quelqu’un qui répare toujours les injustices. Demain est un autre jour…

Traoré M Ahmed

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires