Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4008 du 3/4/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Art et Culture

Convention sur la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles : La Côte d’Ivoire va déposer dans quelques jours, son rapport périodique
Publié le mercredi 3 avril 2013  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Un enjeu important pour le développement des industries culturelles en Côte d’Ivoire. Jeudi dernier, des experts culturels ivoiriens et internationaux étaient face à la presse, au ministère de la Culture et de la Francophonie, perché au 22ème étage de la Tour E, Cité Administrative au Plateau. Il s’agissait, pour eux, d’annoncer que la Côte d’Ivoire va déposer d’ici la fin du mois d’avril son rapport périodique, dans le cadre de la Convention sur la promotion et la protection de la diversité culturelle initiée par l’Unesco, qu’elle a ratifiée le 12 février 2007. «C’est une convention importante parce qu’elle légitime le droit, pour n’importe quel pays dans le monde, de développer et diffuser des biens culturels», a indiqué M. Francisco d’Almeida, Délégué général de l’association Culture et Développement, basée en France, l’un de ces experts. L’un des avantages de cette convention, c’est, selon lui, qu’elle permet de négocier des accords commerciaux qui prennent en compte le secteur culturel. Pour Mme Valeria Marcolin, Coordinatrice de Culture et Développement, la culture contribue autant et même plus que d’autres secteurs au développement d’un pays. « La Convention a entraîné un changement de mentalités. Elle a contribué dans beaucoup de pays à renforcer la compréhension du rôle stratégique joué par la culture et les industries culturelles et créatives dans le développement général», a-t-elle fait savoir. A ce jour, 70% des Etats qui ont ratifié la Convention sont issus du continent africain, qui ne représente, toutefois, que 1% des échanges moniaux de biens et services culturels. C’est pourquoi, a renchéri M. D’Almeida, «mener des actions pour mettre en œuvre la Convention est donc un enjeu de grande actualité, mais sa réussite dépend de l’implication, autour de l’Etat stratège, de tous les acteurs du développement culturel : collectivités locales, associations culturelles, regroupements représentatifs des professionnels, et coalitions nationales pour la diversité culturelle». Tout en exprimant la satisfaction du ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman pour «ce qui a été fait », M. Elie Kouaho Liazéré a souligné que le rapport de la Côte d’Ivoire sera articulé autour de quatre axes, à savoir, le développement national par la culture, la coopération internationale par la culture, l’intégration de la culture dans les politiques d’intégration, l’implication des organisations de la société civile et des syndicats. Notons qu’un groupe de travail, composé de 30 personnes, s’attèle à l’élaboration de ce rapport. YS

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires