Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Le gouvernement ivoirien veut "des preuves" sur les pillages d’ex-rebelles
Publié le lundi 29 avril 2013  |  AFP


Activité
© Abidjan.net par Prisca
Activité gouvernementale : Coulibaly Généma, Gardes des sceaux , Ministre de la Justice, des droits de l`Homme et des Libertés Publiques anime une conférence de presse.
Lundi 29 avril 2013. Immeuble SCIAM. Abidjan. Plateau. Coulibaly Généma, Gardes des sceaux , Ministre de la Justice, des droits de l`Homme et des Libertés Publiques anime une conférence de presse sur le Thème : Les grands chantiers du Ministre de la justice, des droits de l`homme et des libertés publiques".


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABIDJAN - Le gouvernement ivoirien a déclaré lundi attendre "des preuves" après la publication d’un rapport d’experts de l’ONU accusant d’anciens chefs rebelles désormais cadres de l’armée de se livrer au pillage du cacao et d’autres ressources du pays.

"Nous ne sommes pas fermés à toutes les dénonciations", a indiqué le ministre de la Justice et des droits de l’Homme, Gnénéma Coulibaly, lors d’une conférence de presse.

"Si l’ONU constate qu’il y a des preuves contre des personnes qui seraient impliquées dans des trafics, nous ne sommes que disposés à recevoir ces preuves et à mener des investigations", a-t-il affirmé.

Le gouvernement "ne protège personne" et "ne protégera pas quelqu’un qui vole. Si on nous dit +celui-là a volé et voici les preuves+, nous le poursuivrons", a-t-il insisté.

Un rapport d’experts des Nations unies publié la semaine dernière accuse d’anciens chefs rebelles, nommés à des postes de responsabilité dans l’armée depuis deux ans, de continuer à piller les ressources du pays dans leurs nouvelles fonctions. Ces détournements leur rapporteraient des centaines de millions de dollars, notamment grâce au cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial.

L’ex-rébellion qui contrôlait le nord du pays depuis 2002 a aidé le président Alassane Ouattara à s’installer au pouvoir à l’issue de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait environ 3.000 morts après le refus de l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo de céder le pouvoir.

ck/tmo/hm



Articles associés

Agence de Presse Africaine
Le gouvernement attend des preuves pour donner suite au rapport de l’ONU
 

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires