Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4034 du 4/5/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Condamnation des soldats FRCI avant-hier : Vous avez dit justice des vainqueurs ?
Publié le samedi 4 mai 2013  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Débuté le 11 avril dernier, le procès contre les 7 éléments des FRCI accusés de meurtre d’au moins cinq civils dans la ville de Vavoua lors d’un affrontement avec la population en fin 2011, a pris fin avant-hier, avec deux condamnations. Il s’agit de Doumbia Amara, chef de sécurité au moment des faits qui passera les dix prochaines années de sa vie en prison et de Bazémon Daouda, condamné lui, à 7 ans de prison ferme. Pour la première fois depuis la fin de la crise postélectorale, la justice a frappé au sein de la grande muette, et durement. En effet, le juge Koffi Kouadio après de longues heures de délibération, a été sans pitié pour les soldats reconnus coupables parmi les 7 accusés. Les 5 autres déclarés non coupables ont été acquittés. Cette décision rendue au terme d’une bataille juridique âprement menée entre l’accusation et la défense vient exprimer d’une part la détermination des autorités ivoiriennes à traduire en acte concret la politique de tolérance zéro au sein de l’armée ivoirienne et trancher, d’autre part, le débat sur la question de la justice des vainqueurs tenue par les pro-Gbagbo pour discréditer le pouvoir d’Abidjan. En effet, le président de la République, Alassane Ouattara, ne manque pas de tribune pour dire au peuple que la justice s’appliquera à tous sans distinction. Selon lui, tous ceux qui se sont rendus et qui se rendront coupables de faits graves subiront la rigueur de la loi. Ceux qui doutaient donc de la sincérité de ce discours doivent maintenant revoir leur copie avec ce procès du tribunal militaire d’Abidjan. «Laissons la justice faire son travail», ne cesse d’inviter le premier des Ivoiriens. Et le tribunal militaire d’Abidjan a démontré par ce procès que quand on laisse la justice travailler, elle ne fait pas de tri entre les accusés et s’applique sans considération politique, religieuse, ethnique… En outre pour beaucoup d’observateurs, ce procès est un grand pas pour démontrer à tous que la justice ivoirienne est équitable et surtout crédible et qu’il n’y a surtout pas de justice de vainqueurs en Côte d’Ivoire, comme le prétendent les pourfendeurs du pouvoir d’Abidjan. En tout cas, la preuve est donnée. Que ce soient des soldats des forces républicaines de Côte d’Ivoire ou des civils, la justice s’applique à tous. En cas de reconnaissance de la culpabilité, elle n’hésite pas à sanctionner selon le droit. La prétendue justice des vainqueurs, on le voit, n’est qu’une vue de l’esprit de ceux qui veulent salir les autorités ivoiriennes pour espérer obtenir des dividendes politiques. C’est donc clair, l’évolution de la situation en Côte d’Ivoire ne laisse aucune chance à la progression de la démagogie des anciens dirigeants de la Côte d’Ivoire.

Lacina Ouattara

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires