Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Tic et banque : Les usagers dénoncent des défaillances
Publié le mardi 21 mai 2013  |  Le Nouveau Consommateur Hebdo




 Vos outils




A la faveur de l’édition 2013 du Salon de la monétique et des services bancaires dénommé Simbank, qui s’est tenue du mardi 12 mars au jeudi 14 mars, nous avons rencontré des clients de banque qui nous ont fait part des problèmes qu’ils rencontrent dans l’utilisation des Techniques de l’information et de communication (Tic).
Avec le développement de la technologie, le secteur de la banque a été impacté par les Technologies de l’information et de communication (Tic). Et les clients ont de plus en plus recours à ces moyens modernes pour effectuer des opérations. Cependant, certains clients ont noté des défaillances dans l’usage de ces technologies. Au cours de l’édition 2013 du Salon de la monétique et des services bancaires dénommé Simbank, des clients que nous avons rencontrés, ont exprimé de vive voie leurs inquiétudes. C’est le cas de Mlle Henri Carmelle Bédi, étudiante en finance. « Souvent, les guichets ne sont pas suffisants, il arrive qu’ils soient défaillants et qu’ils ne soient pas approvisionnés, sans compter qu’il faut faire la queue », déplore la jeune dame. Elle a par la suite rappelé une situation malheureuse qu’elle a vécue au cours des dernières fêtes de fin d’année. « J’étais allée faire un retrait à la Bicici à la rue des jardins. Il n’y avait qu’un seul guichet qui fonctionnait et malheureusement, il y avait du monde. Je n’ai donc pas pu faire mon retrait. Je suis rentrée bredouille, pourtant j’avais besoin de cet argent pour des achats pour les fêtes », raconte cette dernière. Traoré Médé fonctionnaire à la retraite, qui a également utilisé les Tic pour ses opérations bancaires, dit noter tout de même des difficultés. « Tout système comporte des désagréments (…), souvent, dans les guichets automatiques, quand j’introduis ma carte magnétique, il n’y a pas d’argent, alors que j’en ai besoin. Quelques fois, le guichet est en panne, et dans ce cas, on est obligé de se promener de guichet en guichet », se plaint ce fonctionnaire à la retraite. Loua Diomandé ingénieur en communication, ne dit pas autre chose. A en croire ce dernier, l’utilisation des Tic dans les banques, n’a pas atteint le top, niveau en Côte d’Ivoire. Il soutient à l’instar des deux précédents que l’application des Tic dans les transactions bancaires n’est pas toujours aisée et qu’elle cause de multiples ennuis. L’ingénieur en communication estime que des fois, le client est trompé. Il dit avoir remarqué que « les milieux de mois », les guichets automatiques sont défaillants. « Je ne sais pas s’il faut dire défaillants ou pas alimentés, mais toujours est-il qu’il y a problème. Quand on arrive dans la cabine, le clignotant signale que le guichet est alimenté, mais quand on introduit la carte, on se rend compte qu’il n’en est rien », dénonce ce client de banque. Selon lui, « si les guichets ne sont pas alimentés, il ne sert à rien de faire croire le contraire en réglant le clignotant ». Pour Loua Diomandé ainsi que Henri Carmelle, il faut « accroître le nombre de guichets et surtout les alimenter, les réparer quand ils sont en panne ». En plus, selon des personnes qui ont requis l’anonymat, « les guichets automatiques doivent être fonctionnels 24 heures sur 24. Les banquiers doivent mener une politique pour les rendre accessible à tous leurs clients ».

Jérémie Junior
Photo et légende : Henri Carmelle Bédi et Loua Diomandé


LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires