Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Institutions républicaines : Un haut cadre plaide pour son affectation
Publié le mardi 28 mai 2013  |  Le Democrate




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le préfet hors grade, Sam Etiassé Jean-Baptiste, dernier préfet d'Abidjan sous le régime de Laurent Gbagbo, affirme son envie de reprendre les activités professionnelles.

Lors d’une conférence de presse organisée le 18 mai à Agboville, l’administrateur-civil, « absent » du paysage ivoirien depuis la crise postélectorale, dit attendre une nouvelle affectation. « Sam Etiassé n'est pas à la retraite, j'attends une nouvelle affectation », a-t-il affirmé, indiquant demeurer sans poste depuis la fin de ladite crise.

Sam Etiassé a rappelé qu'en 2011, il a été remplacé par son ‘'jeune frère'’ Diakité Sidiki, actuel préfet d'Abidjan, soulignant que ceci « est un mouvement normal ». « Nous sommes nombreux à attendre de recevoir une nouvelle affectation », relève-t-il, tout en réaffirmant son attachement aux institutions de la République. « Nous allons servir avec le même dévouement et la même loyauté sans problème », assure-t-il en outre.

Selon le préfet hors grade, le fait qu’il soit sans poste actuellement fait penser qu'il a disparu de la Côte d'Ivoire. Il révèle s'être mis à l'écriture, dispense des cours à l'Ecole nationale d'administration (ENA) et fait de la consultance. « C'est pourquoi vous ne me voyez pas, sinon je suis toujours membre du corps préfectoral et préfet hors grade », précise-t-il, refusant toutefois de s'attarder sur la crise postélectorale qu'il dit avoir vécu « comme tout Ivoirien ».

Ancien chef de cabinet de préfecture à Man en 1985, Sam Etiassé est devenu successivement sous-préfet de Toumodi, puis préfet de Guiglo, Katiola et Mankono. Après le déclenchement de la rébellion en 2002, il est demeuré sans poste jusqu'en 2007, avant que le président d’alors, Laurent Gbagbo, ne le nomme préfet d'Abidjan jusqu'en mars 2011.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires