Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2853 du 6/6/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Bacongo reçoit les conclusions de la mise en place de l’observatoire de la charte Salif N’Diaye
Publié le mardi 4 juin 2013  |  L’intelligent d’Abidjan


Violence
© Ministères par DR (Photo d`archive)
Violence en milieu universitaire : le Ministre Cissé Bacongo reçoit les recommandations de l`atelier sur la mise en place de l`observatoire de la charte universitaire ivoirienne de la non-violence
Lundi 3 juin 2013. Abidjan. Plateau. Le Ministre Cissé Bacongo a reçu les recommandations de l`atelier sur la mise en place de l`observatoire de la charte universitaire ivoirienne de la non-violence. Ph: Cissé Bacongo, ministre de l`enseignement supérieur et de la recherche scientifique.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Bacongo reçoit les conclusions de la mise en place de l’observatoire de la charte Salif N’Diaye
Si le chronogramme est parfaitement respecté, le ministre Cissé Bacongo sera sur le campus de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, le 14 juin 2014, un mois après le regrettable incident dont s’est largement fait écho la presse nationale. En recevant des mains des étudiants les travaux de la mise en place de l’observatoire de la charte de la non-violence, le ministre de l’Enseignement supérieur a fait quelques commentaires. Selon lui, l’agression dont il a été victime le 13 mai dernier l’a convaincu qu’il y avait du travail à faire. «Je n’ai pas désespéré des étudiants, mais j’ai eu quelques moments d’interrogations sur la nécessité de poursuivre les efforts», a-t-il confié au parterre d’étudiants venus le rencontrer. Cissé Bacongo a rappelé les efforts fait depuis le règne du SG de la Fesci Serge Koffi pour ramener l’attente et la confiance entre d’une part les étudiants et lui, et d’autre part entre associations d’étudiants. C’est pourquoi, il se dit confiant quant à la possibilité de débarrasser les universités de la violence. «Aujourd’hui avec votre détermination, l’espoir est permis. Mais sur le dur chemin de la non-violence, des forces vont vouloir vous tirer vers le bas», a averti le ministre. Pour lui, ces forces ont des visages connus et il est souvent difficile de leur résister. «Ces forces se sont vos pulsions. Ça peut être des enseignants, etc. Il faut être solide pour leur dire que la violence n’est plus votre mode opératoire pour vous exprimer. Vous devez vaincre tous vos démons tant intérieurs qu’extérieurs», a conseillé M. Cissé Bacongo. Il a indiqué que la visite du 14 juin ne doit pas être vue comme une revanche sur ce qui s’est passé le 13 mai dernier. «Le lundi 13 mai 2013 a été un épiphénomène, c’était un mouvement erratique. Pas principalement ou nécessairement du fait des étudiants, mais venant surtout de mains obscures en dessous», a-t-il affirmé. Le ministre croit en la sincérité des étudiants qui se sont sentis interpellés et qui, spontanément ont décidé de mettre sur pied des structures pour proscrire la violence dans leur milieu. Il a promis les accompagner en œuvrant inlassablement à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Pour lui, pas question de dramatiser son agression. «Il faut regarder vers l’avenir, c’est ce qui est important», a-t-il conclu.

Olivier Guédé

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires