Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Le chef de la jeunesse pro-Gbagbo arrêté (parti)
Publié le samedi 8 juin 2013  |  AFP


Activités
© Abidjan.net par Emma
Activités des partis politiques: Justin Koua, leader de la jeunesse du FPI
Samedi 29 octobre 2011. Abidjan, siège du Cnrd. Photo: Justin Koua, leader de la jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI)


 Vos outils




Le responsable de la jeunesse du parti de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, Justin Koua, a été arrêté vendredi à Abidjan, a annoncé à l’AFP son parti, fustigeant une "arrestation de trop".

"Des dizaines de gendarmes et de policiers ont fait irruption au siège du parti, où se trouvait Koua qui participait à une réunion", a affirmé Richard Kodjo, secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI).

"Ils l’ont appréhendé et conduit vers une direction inconnue. Nous attendons qu’ils nous disent les raisons de cette arrestation de trop", a-t-il poursuivi.

"On ne peut vouloir des négociations et se conduire de la sorte", a lancé M. Kodjo, en référence à la reprise prochaine du dialogue avec l’opposition, annoncée par le gouvernement du président Alassane Ouattara.

Responsable de la JFPI, la section jeunesse de son parti, Justin Koua est connu pour ses discours musclés à l’égard des autorités.

De nombreux anciens responsables ou cadres du régime Gbagbo, tombé à la fin de la crise postélectorale de 2010-2011 ayant fait quelque 3.000 morts, sont en détention, ce qui vaut régulièrement au pouvoir d’être accusé de pratiquer une "justice des vainqueurs".

La dialogue politique entre gouvernement et opposition est suspendu depuis plusieurs mois. Le choix du FPI de ne pas participer aux élections locales en avril dernier, comme il avait boycotté les législatives fin 2011, avait sanctionné l’échec de ces discussions.

Laurent Gbagbo est détenu depuis fin 2011 à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI), qui le soupçonne de crimes contre l’humanité durant la crise. Les juges de la CPI ont demandé au procureur de fournir des éléments de preuves supplémentaires afin de pouvoir décider de la tenue d’un éventuel procès contre l’ex-chef de l’Etat.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires