Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Côte d’Ivoire: l’arrestation du chef de la jeunesse pro-Gbagbo est un "message négatif" (expert ONU)
Publié le mardi 11 juin 2013  |  AFP


Audiences
© Abidjan.net par Emma
Audiences du président du PDCI/RDA : Henri Konan Bédié reçoit Doudou Diène, expert indépendant nommé par les Nations unies
Jeudi 17 novembre 2011. Abidjan. Résidence du président du PDCI/RDA, président de la conférence des présidents du RHDP. Le professeur Doudou Diène, expert indépendant nommé par les Nations unies pour enquêter sur la situation des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire, a été reçu en audience par le président Aimé Henri Konan Bédié


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

GENEVE - L’arrestation du responsable de la jeunesse du parti de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, Justin Koua, est un "message négatif" dans la perspective d’un dialogue politique, a affirmé mardi un responsable de l’ONU devant le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies.

"L’arrestation la semaine dernière du Secrétaire National de la Jeunesse du FPI, au siège de ce parti et sans mandat d’arrêt, constitue un message négatif qui n’est pas de nature à favoriser le dialogue", a déclaré Doudou Diène, expert indépendant de l’ONU sur la situation des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire.

"Une vision nationale nourrie par les intérêts supérieurs du peuple ivoirien et une éthique politique nouvelle doivent l’emporter sur la compétition partisane et politicienne pour le pouvoir", a-t-il ajouté.

Justin Koua a été inculpé de "complot" et incarcéré à Abidjan, a indiqué mardi son avocat. Arrêté le 7 juin, le chef de la JFPI, la section jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI), a été incarcéré à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan.

De nombreux anciens responsables ou cadres du régime Gbagbo, tombé à la fin de la crise postélectorale de 2010-2011 ayant fait quelque 3.000 morts, sont en détention, ce qui vaut régulièrement au régime d’être accusé de pratiquer une "justice des vainqueurs".

Mais, pour les autorités, des partisans de l’ancien président sont impliqués dans des tentatives de déstabilisation, notamment des attaques meurtrières contre les forces de sécurité survenues principalement au second semestre 2012.

"Les arrestations de plusieurs suspects après les attaques perpétrées par des personnes non identifiées trouvent leur fondement dans les nécessités d’enquêtes", a expliqué l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire auprès de l’ONU, Kouadio Ajoumani.

Pour sa part, M. Diène a dénoncé une "fragmentation politique profonde" et une "fragilisation sécuritaire" et a insisté sur le besoin d’un "dialogue politique" qui s’articulerait notamment sur le statut légal de l’opposition, l’élaboration consensuelle de la Charte démocratique, la réforme de la Cour constitutionnelle et la réforme de la Commission électorale indépendante.

Il a souligné l’urgence de ce dialogue en raison des "élections présidentielles de 2015" et de "la montée des tensions dans la région sahélo-saharienne".

apo/mnb/de



Articles associés

AFP
Côte d’Ivoire: le chef de la jeunesse pro-Gbagbo inculpé de “complot“
 

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires