Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage

Le
© Autre presse par District d`Abidjan

Le
© Autre presse par District d`Abidjan




 Autres articles

Comment

Économie

Projets du District d’Abidjan : la multinationale indienne DSC va investir 50 milliards de FCA
Publié le mercredi 3 juillet 2013  |  District d’Abidjan


Le
© Autre presse par District d`Abidjan
Le PDG de DSC, une multinationale indienne reçu par Beugré Mambé
Mardi 2 juillet 2013. Abidjan (hôtel du District). M. Narula, PDG de DSC, une multinationale indienne a été reçu en audience par Robert Beugré Mambé, gouverneur d`Abidjan dans le cadre de projets d`investissements d`un montant de 50 milliards qu`il entend apporter au district.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

50 milliards de FCFA, c’est la somme que DSC, une multinationale indienne, spécialisée dans le développement des infrastructures, en partenariat public et privé, envisage d’investir dans des projets du District d’Abidjan. Son PDG, M. Narula, a été reçu en audience par Robert Beugré Mambé, mardi 2 juillet, à l’hôtel du District d’Abidjan.

A son hôte, le gouverneur du District d’Abidjan a présenté 5 projets à même d’intéresser sa multinationale. Le premier projet consiste en des lotissements de terrains qui seront par la suite mis en vente. Ces terrains seront dotés de toutes les commodités, c’est-à-dire l’électricité, l’eau, etc. Le site est localisé près de l’aéroport Félix Houphouet-Boigny. Une partie des terrains dudit site a déjà été payée, l’autre partie pourrait être payée par la multinationale DSC. Le deuxième projet est celui du marché de gros qui sera bâti sur un terrain situé à Yopougon. L’objectif de ce marché de gros, c’est de faire venir, selon le gouverneur Mambé, tout ce qui est vivres, produits maraîchers. Le troisième projet que Beugré Mambé a présenté au PDG Narula, c’est le parc des expositions. Abidjan n’en dispose pas, a-t-il indiqué. Le plan de ce parc d’exposition a été déjà conçu avec l’ordre des architectes, à en croire le Gouverneur. Quant au quatrième projet, il s’agit de la construction du lycée d’Akoupé prévu pour abriter 8000 élèves. C’’est un lycée avec internat. Sa construction a déjà débuté, DSC pourrait intervenir pour son achèvement et il sera remboursé sur trois ans. Le cinquième et dernier projet présenté par le gouverneur du District d’Abidjan, c’est l’hôpital de Songon. Cet établissement va abriter plusieurs spécialités. Les soins, selon Beugré Mambé, seront prodigués par les méthodes occidentale, indienne, chinoise, américaine et traditionnelle africaine. Concernant la construction de la voie Y4, qui intéresse également la multinationale indienne, le gouverneur du District d’Abidjan a dit que des précautions techniques additives sont en train d’être prises d’abord, en accord avec le Président de la République.

En tout état de cause, le PDG de DSC s’est dit décidé à commencer à travailler avec le District d’Abidjan. Après certaines estimations budgétaires, le PDG a exprimé son vif intérêt quant aux projets dont a parlé son hôte et qui seront exécutés, pour certains en build, operate an transfer (BOT), et, pour d’autres, en partenariat public privé (PPP). Il a expliqué que sa société opère déjà au Nigeria, au Ghana et au Sénégal dans le domaine des infrastructures scolaires, routières mais aussi et surtout dans l’aménagement de terrains nus et la construction de logements économiques. Pour lui, les efforts faits par le Président de la République pour rassurer les opérateurs économiques sont perceptibles et les poussent à investir en Côte d’Ivoire, pays selon lui, stratégique dans leurs investissements.

Le BOT est une forme de financement de projet, dans lequel une entité privée reçoit une concession du privé ou du secteur public de financer, concevoir, construire et exploiter une installation indiqué dans le contrat de concession. Cela permet au promoteur du projet de recouvrer ses dépenses d’investissement, d’exploitation et de maintenance.
Quant au PPP, c’est un mode de financement par lequel une autorité publique fait appel à des prestataires privés pour financer et gérer un équipement assurant ou contribuant au service public. Le partenaire privé reçoit en contrepartie un paiement du partenaire public et/ou des usagers du service qu’il gère.
Notons, pour finir, que le PDG Narula était accompagné par MM. Sarang, Nahad et Sow Oumar, respectivement Directeur général, directeur des opérations et directeur DSC pour l’Afrique francophone.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires