Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Art et Culture

Littérature/ Dédicace de trois ouvrages: Diégou De Sahi dévoile « l’enfant de la forêt »
Publié le mercredi 14 aout 2013  |  Ministères


Littérature
© Ministères par DR
Littérature / Dédicace de trois ouvrages à l`Université de Cocody
Lundi 12 août 2013. Salle de conférence du CERCOM, Université de Cocody. Cérémonie de dédicace de trois ouvrages



Voir tout l'album photo
 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La salle de conférence du CERCOM à l’Université de Cocody a refusé du monde ce lundi 12 août 2013, à l’occasion de la cérémonie de dédicace de trois ouvrages dont le roman "l’enfant de la forêt" de Diégou De Sahi, docteur en musique et musicologie à l’UFR de l’information, communication et des arts.

Koné Diégou de son vrai nom a dévoilé hier lundi, l’essence de ses trois ouvrages, en présence d’éminents professeurs d’universités dont Diaby Yahaya et d’étudiants venu nombreux pour la circonstance. Parmi ces 3 livres dont la valse aux traitres, l’île aux alouettes, le roman l’enfant de la forêt est l’histoire d’un jeune « Gnézé » (l’enfant de la souffrance en bété), né d’une mère qui fut la risée de tout le village à cause de son handicap mental et d’un père qu’il n’a jamais connu. Ce dernier vint au monde sous les auspices de la misère et d’un échec programmé. Mais, par son courage et son intelligence, il conjura le sort en se hissant au plus haut sommet de l’Etat. En lisant, l’on remarque que l’auteur aborde des sous thèmes dont l’éducation de l’enfant, l’abandon de l’enfant et l’histoire de l’Afrique. « J’ai voulu que l’enfant nègre n’oublie pas son passé et à travers son passé, puisse inventer son avenir », dit l’auteur. Pour lui, pour que l’enfant Gnézé voit ce qui s’est passé, qu’il se rende compte de cela maintenant. Si Diégou décèle une dose de fiction et d’ambivalence à juste titre, ce récit couvre beaucoup d’espaces de réflexions. Car, une sorte d’interpellation du sacré qui est important pour l’Afrique. Au-delà de la présentation, de la critique et de l’analyse du contenu du livre par des enseignants, ce fut l’occasion de témoignages. Tous unanimes sur les qualités de l’auteur, au plan humain et intellectuel. Il en est du Pr Blé Raoul qui, après avoir égrené des souvenirs d’enfance relatifs à la qualité de cet écrivain, a tenu à rendre hommage à Diégou De Sahi pour son profond regards sur la jeunesse africaine à travers son livre. C’est donc dans la droite ligne des propos que les enseignants du département sont venus faire allégeance au talent de l’auteur. Présentant l’ouvrage, le professeur N’goran Oussou pense qu’au delà de la vision à la fois puérile et exacte des faits, sous le sceau d’une relation fusionnelle entre l’enfant et la mère, Gnézé consacre la libération intellectuelle de l’Afrique. In fine, c’est Diégou lui-même qui rappelant que ce récit de sa vie, par cet acte d’écriture, est la lisière de la biographie, de l’autobiographie et de la monographie historique de cet ouvrage. Il invite à vivre comme par le passé à l’époque de Gnézé, « en comprenant et en acceptant nos différences pour s’en enrichir mutuellement ». En quelques minutes, la soixantaine de livres a été écoulée. Que d’émotions ! Que de preuves de soutien de fraternité. En attendant la sortie d’un autre livre qui parlera de la pédophilie, ces trois ouvrages sont disponibles aux éditions l’harmattan.

Daniel Nessemon

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires