Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Côte d’Ivoire: vers la fin du bras-de-fer entre les ex-combattants et les autorités
Publié le lundi 26 aout 2013  |  Xinhua


Démarrage
© Abidjan.net par Atapointe
Démarrage du processus de désarmement obligatoire des ex combattants d’Abobo
Vendredi 23 août 2013, Abidjan. Le Commandant Koné Gaoussou alias Jah Gao procède à un désarmement obligatoire des ex-combattants d’Abobo.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Les ex-combattants de l’ouest ivoirien ont affiché leur détermination à aider le gouvernement à aller à la paix, laissant entrevoir la fin du bras de fer entre certains de ces anciens belligérants démobilisés et les autorités.

"Nous nous engageons à aider l’Etat à aller de l’avant. Nous invitons nos camarades à renoncer aux manifestations et aux violences", a énoncé dimanche le délégué des ex-combattants de l’ouest montagneux, Eugène Ban.

"Nous étions certes lésés, mais tournons-nous vers nos responsables pour trouver une porte de sortie", a ajouté M. Ban.

Celui-ci a exhorté les ex-combattants démobilisés à quitter la rue et à accepter de rentrer en famille, et surtout à accepter les projets initiés par l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion (ADDR) à leur intention.

Les mouvements de mécontentement des ex-combattants de la crise post-électorale ivoirienne ont pris de l’ampleur ces derniers mois, et des manifestations de jeunes réclamant leur réinsertion ont été successivement enregistrés dans plusieurs régions du pays, dont notamment Korhogo (nord), Bouaké (centre) et Man (ouest).

Les autorités du pays ont maintes fois appelé les jeunes mécontents à la patience, notant que ce programme qui devra prendre en compte plus de 64 000 ex-combattants est "lourd et coûteux".

De source officielle, le programme de démobilisation et de réinsertion va coûter 92 milliards de francs CFA (140 millions d’euros).

A l’occasion d’une vaste tournée dans le nord du pays, le président de la République Alassane Ouattara avait lui-même abordé la question, demandant aux ex-combattants de lui faire confiance et assurant qu’ils ne seront pas des laissés-pour-compte.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires