Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4148 du 20/9/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Korhogo/ Le cdtt Fofié est de retour: L’homme fait encore planer le mystère
Publié le vendredi 20 septembre 2013  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Il arrive au moment où on s’y attendait le moins. Le commandant Fofié Kouakou Martin, commandant du 4ème bataillon d’infanterie, est de retour à Korhogo, dans sa base. Le célèbre barbu de la cité du Poro a déjoué tous les pronostics. Aussi bien ceux des personnes qui, totalement dans le faux, le donnaient pour mort que ces autres qui en savaient plus sur son état de santé, mais qui pour leur part, étaient loin de savoir qu’il rentrait à Korhogo ce lundi 16 septembre. Il est entré à la tête d’un cortège de cinq à six véhicules autour de 17h dans le camp de l’ex-Compagnie Territoriale de Korhogo, désormais 4ème bataillon d’infanterie. Aussitôt dans son camp, il a retrouvé une place qui lui est chère. Sa table à manger. Sous ce hangar qui lui sert de restaurant, une grande table est dressée sur des gravillons dont le bruit chatouille les oreilles à chaque pas. Sur cette table, assis en face d’une télévision très souvent en marche et captée sur une chaine d’actualités, le commandant a l’habitude de prendre ses repas. Tous ses repas. Du petit déjeuner au diner. Dans ce même lieu, il reçoit aussi. Des amis, des visiteurs etc. Fofié a retrouvé son camp et sa place favorite. Dans les c?urs de ses hommes, il a aussi retrouvé sa place malgré la joie contenue. L’esprit militaire qui incarne la discipline et la discrétion est de mise. Mais dans la ville, la nouvelle est partout. Korhogo est heureuse de cette bonne nouvelle.

Et avec cette énième "résurrection", après celles de Chérif Ousmane, Wattao, Amadou Gonet qui eux aussi avaient été donnés pour morts, ce sont certains organes de presse qui en rajoute sur le taux d’incrédibilité qui les marque auprès de la population. « On se demande où la presse va chercher ses informations », s’indigne un fonctionnaire qui commente l’affaire. A présent, la curiosité a changé d’intérêt. On ne cherche plus à savoir de quoi souffrait le natif de Bondoukou. On veut savoir quelle est son état physique. A-t-il dépéri ? Tous ses membres fonctionnent-ils correctement ? Quand pourra-t-on aller le rencontrer pour le saluer et lui dire bonne arrivée? Les populations attendent "l’ouverture des portes". Selon nos sources, le commandant ne s’est jamais autant bien porté. Et tout son camp est content de le revoir dans cet état. C’est vrai que pendant l’absence du chef, on a eu peur de la tournure des choses. Mais, rien n’a changé au camp qui a toujours continué de recevoir ses ordres du reste. Ce retour est aussi salué pour d’autres raisons. En effet, au cours des remous internes qui ont secoué l’organisation des démobilisés, une voix s’est lamentée : « l’ombre de la maladie de Fofié nous fait ombrage ». Mais, à présent, le commandant est de retour, certainement que le soleil brillera de nouveau du côté de ces hommes qu’il connait et qu’il maitrise si bien.

Mack Dakota (Correspondant)

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires