Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 2921 du 24/9/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Bouaké / Camp pénal : La prison prête à accueillir les prisonniers
Publié le mardi 24 septembre 2013  |  L’intelligent d’Abidjan




 Vos outils




L’une des plus grandes prisons de la Côte d’Ivoire vient de faire sa mue. Il s’agit du camp pénal de Bouaké. Resté longtemps sans pensionnaire depuis la libération de certains caïds au début de la crise militaro-politique en 2002, ce lieu carcéral est tombé en ruine. Toiture et chevrons emportés. Les murs également étaient en décrépitude. Depuis le retour de la stabilité du pays, des travaux de réhabilitation des édifices publics ont été entrepris par le gouvernement. Et, le camp pénal de Bouaké n’en fait pas exception. Situé entre les Campus I et II, le camp pénal a été réhabilité plusieurs mois durant. Aujourd’hui, c’est une prison renovée qui s’offre au visiteur. Elle donne fière allure et sera “livrée aux autorités judiciaires dans les prochains jours”, nous ont dit les employés trouvés sur place, s’attelant aux derniers réglages techniques. Aux dernières nouvelles, a-t-on appris, les clés seront remises à partir de cette semaine. La réhabilitation du camp pénal constitue à coup sûr, une bouffée d’oxygène. Car, cela permettra de désengorger aussi bien la Maca (Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan) déjà pleine où il y a toujours des échauffourées que la prison de Dimbokro – de même que la prison civile de Bouaké dont les murs sont très vieillissants. A la prion civile de Bouaké, les populations et gardes pénitentiaires font toujours face à des tentatives d’évasion. Bien que les travailleurs, gardés par quelques bidasses, refusent de donner plus d’informations, nous renvoyant au maître d’ouvrage qu’on n’a jamais trouvé, il est certain que les travaux de réhabilitation ont pris fin. En 2009, une Ong européenne avait tenté une réhabilitation. Hélas, cela n’a pas connu de succès.

Outre la prison, la cité pénale a été rénovée, les logements des gardes pénitentiaires relookés. Dans les prochains jours, ces derniers y seront affectés. Ils sont nombreux, ces agents qui attendent leur affectation après leur formation, il y a peu. Même si les autorités judiciaires n’ont pas daigné se prononcer sur la question, c’est une grande satisfaction chez les populations. Celles-ci trouvent en cette réhabilitation, une lueur d’espoir en ce qui concerne la sécurité. «Nous nous satisfaisons de ce que le camp pénal soit réhabilité, s’est réjoui l’enseignant Amara K». «Il n’y a pas un lieu plus adapté que le camp pénal pour les brigands. Cela va freiner un peu les braquages. Nous pensons que c’est un espoir pour nous», a-t-il renchérit. Konaté Maméry, commerçant, estime pour sa part que les policiers et autres agents ne vont plus «prétexter le manque de prison pour libérer les scélérats qui nous dérangent tous les jours. On espère que l’Etat va rapidement envoyer les gardes».

Bosco de Paré

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires