Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4161 du 5/10/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Réinsertion et désarmement : 1500 ex-combattants aux sapeurs pompiers militaires
Publié le samedi 5 octobre 2013  |  Le Patriote


Opérations
© Abidjan.net par Emma
Opérations de pacification: patrouilles des Forces républicaines (Frci) dans les rues d`Abidjan
Mercredi 13 avril 2011. Abidjan.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

1500 ex-combattants de la crise survenue en Côte d’Ivoire depuis 2002 pour prendre fin en avril 2011 vont constituer un corps de sapeurs-pompiers civils, apprend-on ce vendredi de la structure en charge de la réinsertion l’ADDR.
« La création de ce corps est très avancé au niveau du ministère de l’Intérieur qui en assurera la tutelle ; c’est 1500 postes qui sont à pourvoir dans le cadre de ce projet », a révélé Dotien Félix, chef du département rapatriement, désarmement et démobilisation au sein de l’ADDR (l’Autorité Désarmement Démobilisation Réinsertion).
Le collaborateur de Fidèle Sarassoro, Directeur General de ladite structure, a expliqué à la presse que « la notion de "pompiers civils" n’est pas une exception ivoirienne. "Dans la plupart des pays, mêmes les plus développés, les pompiers sont des civils. »
Ce nouveau corps des sapeurs-pompiers qui sera déployé dans tout le pays, à en croire Mr Dotien Félix, aura pour mission essentielle autre que la ‘’protection civile’’.
Rappelons que depuis la fin de la crise en Côte d’Ivoire en avril 2011, c’est 64.500 ex-combattants qui sont en attente d’être réinsérés dans la vie active. Mais cette réinsertion est devenue un casse tête chinois pour les autorités ivoiriennes à cause du manque crucial de moyens financiers estimés à 85 milliards de FCFA. Depuis lors, seulement 6500 ont pu être réinsérés, soit 10% de l’estimation.


BOUAKE
285 ex-combattants réinsérés
C’est un ouf de soulagement pour les démobilisés qui viennent de voir leur rêve se réaliser grâce à l’Autorité de désarmement, de démobilisation et de réintégration (ADDR). Ils sont 285 ex-combattants à bénéficier de motos tricycles chacun, en vue de leur réinsertion dans la vie socioprofessionnelle, notamment, dans le secteur des transports. C’était vendredi dans les locaux de la mairie. Après l’obtention de leurs permis de conduire à l’issue de trois mois de formation à l’ONUCI, sur le code routier et de conduite, suivie d’une autre formation sur les techniques de l’activité de transport, les 285 ex-combattants démobilisés ont reçu des mains du premier responsable de l’ADDR, Fidèle Sarassoro, en présence des autorités municipales et administratives de la ville, leur engin, consacrant ainsi leur retour dans la vie active, dans le monde du transport. Selon le premier magistrat de Bouaké, Nicolas Djibo, «l’expérience en matière de désarmement, démobilisation et réintégration nous met devant une réalité incontournable. Aucun partenaire, à lui seul, ne peut faire face aux énormes défis du DDR. La complexité du processus, son caractère politique et ses liens avec la sécurité et le développement d’un pays, exigent un partenariat élargi, bien soudé et capable de démontrer ses complémentarités. Voici la raison pour laquelle nous nous réjouissons de la grande mobilisation faite autour de cette manifestation célébrant le retour des ex-combattants dans les rouages de la vie économique de notre cité», a indiqué le maire Djibo Nicolas. Et d’ajouter qu’après une décennie tourmentée, le pays renouant avec la normalité, s’est résolument engagé dans une dynamique de relance économique, dont les fruits ont commencé à transparaître dans les différents indicateurs macro-économiques. Pour sa part, le directeur de l’ADDR a fait savoir que la question de la réinsertion des ex-combattants démobilisés est plus qu’importante pour le Chef de l’Etat, son Excellence Alassane Ouattara, qui ne ménage aucun effort pour mettre les moyens en vue de la réalisation de cette réinsertion. «L’ADDR n’est pas un jeu. Nous avons reçu des instructions fermes du Président de la République Alassane Ouattara pour aller à l’essentiel et accélérer la réinsertion des démobilisés. Aujourd’hui nous sommes là pour vous dire que les promesses du Président sont tenues. Au cours de la première phase de cette initiative, celle qui nous réunit aujourd’hui, 319 démobilisés ont été inscrits pour obtenir le permis de conduire toute catégorie, 285 ont été admis et ont obtenu leur permis, soit un taux de réussite d’environ 90%. Des autos écoles de la ville de Bouaké ont été mobilisées pour la formation. Ceux pour qui le test n’a pas marché, l’ADDR leur offre une seconde chance », a indiqué Fidèle Sarassoro. Le représentant des bénéficiaires, Diabaté Baroud, a salué ce geste qui marque leur réinsertion dans la vie socioprofessionnelle. «Le Président Alassane Ouattara est vraiment un homme de parole car grâce à lui, nous avons eu nos permis de conduire. Et avec ces motos tricycles que nous venons de recevoir, nous sommes désormais nos propres patrons. Nous pourrons donc travailler pour assurer notre vie et celle de nos familles. Nous lui disons merci pour tout. Nous encourageons nos frères ex combattants démobilisés à faire comme nous car la réinsertion par l’auto-emploi, c’est du concret », a-t-il dit. Le préfet de la région de Gbêkê, préfet du département de Bouaké Konin Aka, tout en saluant cette action du Chef de l’Etat, a exhorté les bénéficiaires à en faire un bon usage. Car, dira-t-il, «c’est un instrument d’insertion dans la vie socioprofessionnelle qui doit vous amener à vous prendre en charge et à assurer votre avenir et celui de vos familles. Personne ne sera donc laissé pour compte, même si cela doit prendre du temps. C’est pourquoi je vous exhorte à mettre fin à vos manifestations qui ne vous honorent pas».


Coulibaly Souleymane, correspondant

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires