Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4175 du 23/10/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Société

Tirs à la BAE de Yopougon : Ce qui s’est réellement passé dans la caserne du Cdt Fofana
Publié le mercredi 23 octobre 2013  |  Le Patriote


Appui
© Abidjan.net par Marc Innocent
Appui à la sécurisation communautaire: le Ministre d`Etat Mabri Toikeusse et l`ambassadeur du Japon inaugurent l`Armurerie de la BAE de Yopougon
Lundi 14 Octobre 2013. Abidjan.La Commission Nationale de Lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre a organisé une cérémonie pour la remise officielle et l`inauguration de 12 Armureries réhabilitées dans le cadre du programme national de lutte contre les ALPC. Présence remarquée des représentants du PNUD et de l`ambassade du Japon


 Vos outils




Les riverains du quartier Port-Bouët II de Yopougon ont vécu une chaude matinée, hier mardi 22 octobre 2013. A l’origine de la peur panique qui s’est emparée de tout le quartier : des coups de feu nourris dans la caserne militaire, tenue par le Capitaine Fofana dit Gruman. En effet, c’est aux environs de 8 heures que les premiers crépitements ont retenti de la caserne, avant de prendre rapidement des allures d’affrontements entres militaires en désaccords. Les tirs vont se déportés en dehors du camp avec l’amorce en retrait d’une poignée de militaires, confirmant l’affrontement.
Dans la foulée des évènements, beaucoup croyaient que le camp était l’objet d’un assaut d’assaillants. Comme cela était donné d’assister dans un passé récent quand des commissariats étaient pris pour cible. Que non ! Les causes de ces crépitements d’armes automatiques étaient la résultante d’un problème interne. Selon un caporal en faction dans la caserne qui a requis l’anonymat, tout serait parti du refus d’un chef d’unité de voir ses éléments arrêtés à la suite d’un soupçon de vol d’armes. « Le commandant Gruman s’est rendu compte que des armes manquaient dans l’armurerie du camp. Une petite enquête a mis en cause les éléments de ce chef d’unité. Le Commandant a alors ordonné leurs arrestations.», rapporte t-il. A l’en croire, c’est cette tentative d’arrestation des mis en cause qui a dégénéré en affrontements. En dépit du fait que les échanges ont duré près d’une heure, avec une certaine intensité relative, aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée. Pas plus qu’on a signalé de blessés. Cependant, la panique créée par ces affrontements à l’arme de guerre en pleine ville a traumatisé plus d’un. La situation était d’autant plus confuse lorsque, hors du camp, les hommes du Capitaine Fofana, se sont lancés à la poursuite des soldats «rebelles» dans les rues du centre hospitalier universitaire (CHU) où certains avaient battu en retrait avant de s’évanouir dans la nature. Devant le rapport de force en leur défaveur. Selon d’autres sources militaires, le chef d’unité à l’origine de cette situation et certains de ses éléments ont été interpellés.
Conséquences de ces affrontements, vite circonscrits, la circulation devant le camp militaire et les rues attenantes était perturbée. C’était le sauve-qui-peut. Les riverains se sont barricadés chez eux, portails fermés. Même panique dans les deux écoles primaires situées derrière la caserne. Finalement, il semble avoir eu plus de peur que de mal.
Alexandre Lébel Ilboudo

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires