Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4176 du 24/10/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Politique

Débat autour de la suppression de la Cellule spéciale d’enquête / Bruno Nabagné Koné : « Il n’y a plus de raison de la maintenir»
Publié le jeudi 24 octobre 2013  |  Le Patriote


Conseil
© Abidjan.net par Atapointe
Conseil des ministres à Korhogo : la conférence de presse des porte-paroles du gouvernement
Mardi 02 juillet 2013. Korhogo. Les ministres Koné Bruno et Affoussiata Bamba Lamine ont animé une conférence de presse à l`issue du conseil des ministres s`est tenue, en marge de la visite d`Etat dans le district des Savanes. Ph: Koné Bruno, porte-parole du gouvernement.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le sujet de l’opportunité du maintien ou non de la cellule spéciale d’enquête cristallise en ce moment les débats. Raison de plus pour que le ministre Bruno Nabagné Koné, porte-parole du gouvernement interrogé, hier sur la question à la conférence de presse qui a suivi le Conseil des ministres, apporte un éclairage. « La Justice est en place aujourd’hui. La Police, la Gendarmerie, l’Armée fonctionnent. Il n’y a pas de raison qu’on maintienne la cellule », a-t-il précisé. L’émissaire du gouvernement a expliqué que la mise en place de cette cellule s’est faite à un moment particulier de l’histoire du pays où la Justice était en lambeau, l’Armée en désordre. Aussi, a-t-il apporté la précision selon laquelle les missions de cette instance ne s’arrêtent pas. « Les enquêtes vont se poursuivre et iront à leur terme », a commenté le ministre Bruno Nabagné Koné. Il rassure l’opinion de ce que la cessation des activités de cette cellule n’entachera en rien à la qualité de l’enquête. Le Conseil des ministres proprement dit a porté principalement sur la question de l’adoption du budget 2014 qui s’élève à 4248 milliards Fcfa soit une hausse de 9,4% par rapport à celui de l’année dernière. Commentant les performances de l’économie, le ministre de la République a fait remarquer que ce budget est le plus haut budget que la Côte d’Ivoire n’est jamais eu. Ces indicateurs l’amènent à dire que l’économie continue sa marche en avant d’année en année. En 2013, l’on a enregistré un taux de croissance de 9,8%, un taux qui a des chances de se stabiliser selon lui. Pour 2014, le taux de croissance est de l’ordre de 9,1%. Au titre du budget 2014, 1258 milliards Fcfa sont consacrés aux investissements. Les priorités au niveau de ce budget concernent entre autres, le renforcement des infrastructures socio économiques de base, la promotion de l’emploi-jeunes, l’amélioration des effectifs dans les secteurs de la Santé et de l’Education, l’appui au développement agricole. Dans ce budget, le recrutement de près de 15 000 agents est prévu à la Fonction publique dont 9495 dans le secteur Education et 4859 dans celui de la Santé. Outre ce point, plusieurs communications ont été faites. La première porte sur la création, l’organisation du marché ivoirien de l’artisanat (MIVA) dont la 1ère édition va se tenir du 7 au 13 avril 2014 à Abidjan. Ce salon international vise à promouvoir l’Artisanat. Le gouvernement a décidé de la suspension de la formation forestière et environnement. Motif évoqué, la pléthore de personnes formées dans ce domaine. Les recrutements à ce niveau se feront désormais dans le cadre de projets agricoles soit à la demande du secteur privé soit à la demande des ministères techniques. A ce sujet le ministre Bruno Nabagné Koné a relevé le fait qu’une réorientation des ressources humaines doit être faite. Ce qui va permettre la création de plusieurs millions d’emplois dans le domaine agricole et des milliers d’autres dans le secteur de l’élevage. Une autre communication a porté sur la politique nationale de protection de l’Enfant. Il s’agit là de prendre des textes susceptibles de protéger et promouvoir les droits de l’enfant. Au chapitre des divers, le Conseil a déploré l’accident de la circulation qui a fait plusieurs victimes à Bongouanou. La compassion sera faite aux parents des victimes qui vont recevoir une délégation qui ira leur apporter une contribution financière. Cet accident, explique le porte-parole, est le fait de l’indiscipline. Partant, il a exhorté les populations à plus de discipline sur les routes et au respect du code de la route. Relativement aux récriminations faites par rapport à la lenteur de la Justice, il a indiqué que les uns et les autres doivent savoir que le gouvernement a fait des efforts. «Il y a deux ans, il n’y avait pas de justice, les gendarmes se cachaient, il y avait des tirs», a-t-il commenté. Avant de préciser que le gouvernement œuvre pour la mise en place d’une Justice efficace, juste, impartiale et indépendante.
COULIBALY Zoumana

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires