Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Notre Voie N° 4586 du 7/12/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage




 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Politique

Abengourou : des ex-rebelles réclament leur argent Ouattara
Publié le samedi 7 decembre 2013  |  Notre Voie


Démarrage
© Abidjan.net par Atapointe
Démarrage du processus de désarmement obligatoire des ex combattants d’Abobo
Vendredi 23 août 2013, Abidjan. Le Commandant Koné Gaoussou alias Jah Gao procède à un désarmement obligatoire des ex-combattants d’Abobo.


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

« Nous sommes fatigués de signer toujours, toujours et toujours des papiers, pourtant on ne voit rien. Ce sont nos patrons qui ne veulent pas qu’on dépose les armes. On nous recense toujours et plus rien après. Nous avons combattu pour un objectif précis. Cet objectif a été atteint il y a de cela deux ans mais, on nous tourne en rond. Vraiment, nous voulons notre argent pour rentrer chez nous. Nous avons laissé nos enfants et nos femmes derrière nous. Nous ne sommes pas contents de notre employeur. » Diabagaté, cet ex-rebelle a tenu ces propos, le jeudi 28 novembre, lors d’une rencontre de présentation de projets aux ex- combattants. C’était à la salle des réunions de la préfecture, en présence d’une dizaine de ses camarades, et d’Adjo Akoma, Sous-préfet d’ Abengourou. A cette occasion, Yves Toalo, responsable de l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et de réintégration des ex combattants (Addr) a présenté plusieurs projets. Notamment, les projets de recyclage des déchets plastiques, de la boulangerie et des permis de conduire. Selon lui, le programme a pour objectif, de réintégrer 700 ex-combattants dans la société. « Certains parmi eux ont été recrutés dans l’armée, la police, et la gendarmerie. Parce que ceux-ci ont un bon profil. Ceux qui restent sont au nombre de 65. 000 qu’il faut caser», a-t-il révélé. Au cours de cette réunion, une projection de deux films a été faite pour montrer l’importance de ce programme. Mais, les ex- combattants présents ne semblaient pas concernés. A chaque fois, ils grognaient parce que le responsable technique expliquait difficilement les contours des différents projets. Au cours des échanges qui ont suivi, Yves Toalo n’a pu convaincre ses hôtes sur certaines préoccupations. Surtout, sur la question de savoir comment pérenniser les emplois dans le secteur de recyclage des sachets plastiques. D’autant plus que le gouvernement a pris la décision de mettre fin à leur usage le 23 novembre dernier, avant de la reporter en mai 2014.

Jean Gouadlé

Comment

 Commentaires



Comment