Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article




  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Art et Culture

Paix et réconciliation / Séminaire sur le rôle des médias: Abidjan a accueilli la rencontre de la Fondation Friedrich Naumann et de la Deutsche Welle
Publié le lundi 16 decembre 2013  |  Le Banco


Communication:
© Ministères par Ahou Suzanne
Communication: le comité de suivi des recommandations des états généraux de la presse installé par Me Affoussiata Bamba-Lamine
Lundi 23 septembre 2013. Abidjan. Cabinet du ministère de la Communication, tour C, cité administrative. Le ministre de la Communication, porte-parole adjoint du gouvernement, Me Affoussiata Bamba-Lamine procède à l`installation du comité de suivi des recommandations des états généraux de la presse (EGP). Photo: de g. à dr. le Chef de Cabinet, Mme Yacé, et le Directeur de cabinet, Mori Doumbia


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le vendredi 13 décembre dernier a été consacré à l’examen du rôle des médias dans les États en post-conflit sur le continent africain. « Côte d’Ivoire : le Rôle des médias dans les États en post-conflit » était le thème de cette rencontre d’Abidjan qui a permis de relever que les médias ivoiriens, bipolarisés, n’ont pas encore tiré les leçons de la crise qu’a traversée ce pays. Sur l’importance de ce thème d’actualité, Nowak Werner, le Directeur Afrique de l’Ouest de la Fondation Friedrich Naumann a affirmé que « En Afrique de l’Ouest, nous sommes confrontés à ces situations, en Côte d’Ivoire, on avait des exemples, des gens n’ont pas modéré le langage et les écrits, ils ont mis l’huile sur le feu ». Fabian Painka, Project manager de la Deutsche Welle a renchéri en faisant savoir que « nous sommes ici pour discuter qui concerne la Côte d’Ivoire et l’Afrique et constitue une priorité pour la DW ». Il a insisté que le « dialogue interculturel était la meilleure « façon d’apprendre l’un de l’autre ». Mori Doumbia, directeur de cabinet du ministre de la Communication a soutenu que « le thème est révélateur, il est une interpellation de notre presse qui n’est pas exempte de reproches ». Il a souhaité que les médias ivoiriens s’inscrivent dans les « efforts de réconciliation nationale et de cohésion sociale ». Me Diané Mamadou, Conseiller technique du Président de la République en charge des questions des Droits de l’Homme a défendu que « dans une démocratie, les médias jouent un rôle important » avant d’en appeler à des médias qui privilégient la défense des droits de l’Homme. Dans l’introduction générale du séminaire, Frédéric Grah Mel a mis à l’indexe les politiques qui ont très tôt pris en otage les médias avant de tirer à boulets rouge sur la presse ivoirienne. « Nos journaux font tout sauf du journalisme » a fait savoir l’ancien de Fraternité Matin. Des tableaux de l’environnement des médias au Mali, au Sénégal, en Guinée-Conakry ont été présentés avec des fortunes et expériences diverses. Le Dr Cheick Tidiane Gadio, Babacar Fall, Dg de Panapress, Adam Thiam du Mali et Boubacar Yacine Diallo, ancien ministre de la Communication de la Guinée-Conakry ont tous été unanimes sur la question de la formation, de la dépolitisation des médias africains, de la responsabilisation et de l’honnêteté des journalistes et du financement par les bailleurs de fonds des médias afin d’en avoir de forts et indépendants. Trois ateliers ont émaillé la rencontre boudée par les journalistes ivoiriens, mais qui a permis à Ange-Marie-Pioérron de Mondésir, directrice adjointe des programmes francophones sur le média de service public allemand, de soutenir que « la réconciliation passe par la justice(et prescrit que)« les médias qui ont mis l’huile sur le feu doivent être exclus du processus ». Toutefois, elle a souligné que « c’est un contexte politique favorable » qui sera le socle de la réussite de la mission des médias. « Il revient aux Ivoiriens de savoir ce qu’ils veulent, a-t-elle martelé. Julien Adayé, correspondant local de la DW a défendu l’idée de la professionnalisation et de la responsabilisation des utilisateurs des réseaux sociaux. Pour lui, tout se résume à la formation du journaliste. Pour renforcer la diversité, le pluralisme et la transparence dans les paysages médiatiques africains, Werner Nowak a prescrit une totale indépendance, avoir des journalistes incorruptibles et avoir une législation qui protège le journaliste. Les intervenants ont tous émis le souhait de voir les professionnels des médias ivoiriens, faire leur introspection et leur critique pour mieux affronter les pouvoirs publics dans la quête de leur indépendance. Le documentaire « hate radio » (radio de la haine, Ndlr) sur la Radio des mille collines “ ‘Rtlm’ du Rwanda a été diffusé pour mieux faire apprécier cette force des médias souvent travestie pour le mal. Venance Konan, Dg de Fraternité Matin a lu le rapport final et la « Déclaration d’Abidjan ».

Adam’s Régis Souaga (Source Lebanco.net)

Comment

 Commentaires



Comment