Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4245 du 21/1/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Politique

Marcel Gossio hier chez Hamed Bakayoko: “Je regrette ce qui s’est passé dans notre pays”
Publié le mardi 21 janvier 2014  |  Le Patriote


Réconciliation:
© Abidjan.net par Atapointe
Réconciliation: Marcel Gossio s`est entretenu avec le ministre d`Etat Hamed Bakayoko
Lundi 20 Janvier 2013. Abidjan. Plateau. Le ministre d`Etat, ministre de l`intérieur Hamed Bakayoko a reçu à son cabinet, Marcel Gossio, proche de l`ex Président Laurent Gbagbo rentré d`exil.


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Rentré d’exil le vendredi dernier, l’ex-DG du Port autonome d’Abidjan sous le défunt régime des refondateurs, Marcel Gossio, a rendu hier une visite de courtoisie au ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko, à son cabinet. A sa sortie d’audience, il s’est prêté aux questions des journalistes.

La Suisse vient de décider de dégeler les avoirs de 4 pro-Gbagbo. Est-ce que pour vous cela va contribuer au renforcement de la réconciliation en Côte d’Ivoire ?

Oui, je le crois. Je pense que c’est une très bonne chose qui entre dans la dynamique de la réconciliation et de la paix. Le président de la République lui-même a également dégelé des comptes ici en Côte d’Ivoire. Donc, globalement, tout cela participe à la réconciliation.

Justement, à propos de la réconciliation nationale, qu’attendez-vous faire ?
Je m’inscris totalement dans le processus de paix et de réconciliation nationale. D’ailleurs, c’est pour cela que je suis là. Je le ferai au niveau de ma région et avec mon parti. Je dois préciser que je m’inscris totalement dans le processus de paix et de réconciliation nationale pour que nous aboutissions à la paix. Car, quand il y a la paix, il y a le développement. Nous devons faire en sorte que les Ivoiriens se retrouvent pour marcher main dans la main en regardant l’avenir.

Vous n’avez pas de préalables à poser?

Quand le président de la République dit que tous les exilés peuvent rentrer dans des conditions sécurisées, c’est déjà une garantie. On parle de dégel, on libère les maisons des gens, on libère les prisonniers, ce sont des actes en faveurs de la paix. Cette paix doit être nécessairement soutenue et doit surtout se consolider.

Est-ce que vous regrettez ce qui s’est passé ?

Oui, le seul regret que tout le monde peut avoir, c’est qu’après les élections, il y ait eu tant de dégâts et tant de morts… On regrette tous cela. Il ne faudra plus que cela arrive dans notre pays. Chacun dans cette crise a perdu quelque chose. Ce n’est pas une bonne chose. Nous devons ensemble cultiver désormais la tolérance pour que cela ne se reproduise plus.

Quel message pouvez-vous lancer à ceux qui sont encore en exil ?

Je leur demande rentrer tous pour que nous participions activement à la réconciliation nationale et au développement de notre pays.
Propos recueillis par Lacina Ouattar


 Articles associés

 

Comment

 Commentaires



Comment