Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4249 du 25/1/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


Politique

Procès de Gbagbo à la CPI: le CVCI lance une pétition contre sa libération
Publié le samedi 25 janvier 2014  |  Le Patriote




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

‘’Il ne peut y avoir de réconciliation sans vérité et sans justice’’, a martelé Imam Camara, parent de victime. Ces propos résument l’essentiel du message transmis par les victimes et parents de victimes de la crise postélectorale de 2010, hier, au district d’Abidjan. C’était au cours de la cérémonie de lancement de pétitions des populations civiles contre la libération de Laurent Gbagbo. En effet, le Collectif des Victimes en Côte d’Ivoire (CVCI) a procédé à une pétition, afin de faire valoir leurs droits devant la Cour pénale internationale, où est détenu l’ancien chef d’Etat, Laurent Gbagbo. Ces pétitions permettront, selon le Président du CVCI, Issiaka Diaby, aux victimes de matérialiser leur opposition à la libération de Laurent Gbagbo d’une part. D’autre part, il sera joint à ces pétitions, une demande de participation des victimes et parents de victimes n’ayant pas participé aux procédures à l’encontre de Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale. Car, selon les membres de la CVCI, ils ont été exclus des procédures de l’affaire Laurent Gbagbo. « Ces pétitions à adresser à la CPI traduisent l’exaspération de ces populations qui ont subi les effets néfastes de l’impunité dont ont bénéficié des acteurs de crime en Côte d’Ivoire depuis le coup d’Etat de 1999 », a ajouté Issiaka Diaby. Outre l’aspect judiciaire, les victimes ont montré leur mécontentement vis-à-vis de l’Etat ivoirien, notamment du Président de la République et de la Ministre Anne Désiré Ouleto quant à leur traitement. Pour elles, les nouvelles autorités les ont oubliées au détriment de leurs bourreaux d’hier. Ils ne sont pas passés par quatre chemins pour crier leur ras-le-bol au Président Ouattara. Tout en reconnaissant les réalisations du gouvernement actuel, ils en appellent à une prise en charge médicale, sociale et financière de l’Etat. Ces victimes et parents de victimes étaient tout feu, tout flamme et réclament plus d’attention à leurs égards. « Si le Président Ouattara veut un second mandat, qu’il ait la bénédiction des victimes », a interpellé Mlle Kouamé Akissi, victime de guerre. Même son de cloche chez Doumbia Abdoulaye, qui a perdu cinq (5) enfants dans la crise postélectorale. Il dénonce l’indifférence totale du gouvernement face à la détresse, selon lui, des personnes mortes pour le président Ouattara. C’est à la suite de la signature de la pétition des victimes présentes, que le Président a clôt cette cérémonie, avec l’espoir que les pouvoirs publics se pencheront sur leur situation.

FT

Comment

 Commentaires



Comment