Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Soir Info N° 5810 du 6/2/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Société

Réclamant leurs épargnes : des policiers retraités veulent assiéger le Trésor
Publié le jeudi 6 fevrier 2014  |  Soir Info




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Des policiers admis à faire valoir leurs droits à la retraite en décembre 2013, ne sont pas contents. Après des va-et-vient au Fonds de prévoyance de la Police nationale (Fppn), ils étaient au ministère d'Etat, ministère de l'Intérieur et de la Sécurité et au siège de ce fonds, en zone 3, le mercredi 5 février 2014. A la suite des échanges non concluants, ils ont décidé d'assiéger le Trésor, au Plateau, à une date imminente non encore déterminée, pour entrer dans leurs fonds. « Il s'agit de nos épargnes. C'est de l'argent que nous avons mis de côté pendant au moins 10 ans. C'est notre droit. C'est non négociable. Maintenant que nous voulons entrer en possession de nos dus, les fonds ne peuvent pas être décaissés », a grogné leur porte-parole, l'adjudant aux initiales, K.Y.R. Selon lui, parmi eux, il y a des personnes qui sont gravement malades et qui manquent du minimum pour se faire soigner. « Il y a des invalides et des veuves qui attendent cet argent pour nourrir leur famille et subvenir à leurs besoins . C'est une situation déplorable», a-t-il relevé. Pour lui, il n'est pas question d'attendre qu'un nouveau conseil d'administration soit installé, pour succéder au conseil intérimaire actuel avant de recevoir les montants à eux dus. « Nous ne savons pas quand le processus électoral entamé va prendre fin. Il nous faut notre argent », s'est-il plaint, essoufflé par les courses menées, hier, au Plateau. Il faut noter que de sources proches du Trésor, les autorités n'ont pas été formellement saisies de cette affaire.

Dominique FADEGNON

Comment

 Commentaires



Comment