Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage




 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Économie

Le projet de banane douce dans le nord, une initiative révolutionnaire
Publié le jeudi 20 fevrier 2014  |  AIP




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Korhogo - Le projet de banane douce, lancé, mercredi, à Nabedjakaha, Nord, dans le département de Niakaramadougou (région du Hambol), est une initiative révolutionnaire, car battant en brèche les vieux clichés de terres non propices a certaines cultures.

"Partout en Côte d’Ivoire on peut faire de la banane", a affirmé le secrétaire exécutif de l’OBAMCI l’organisation des producteurs –exportateurs de la banane, ananas, de mangues et autres fruits de Côte d’Ivoire (Obamci), Emmanuel Dolly.

En réussissant ce projet, ses initiateurs démontrent que la terre est propice à toute culture, pour vu que les conditions soient crées, à savoir, l’eau, la fumure et autres intrants nécessaire à la croissance des plantes et va, à terme réduire la pression sur les terres à l’ouest du pays, où des conflits fonciers y ont souvent cours.

"C’est un défi qui nous a été lancé et nous avons démontré que partout en Côte d’Ivoire on peut faire la culture de la banane parce que la banane, c’est de l’eau, c’est de la fumure, c’est des investissements et qu’on soit au nord ou au sud, on peut faire de la banane", a expliqué M Doli.

Pour le secrétaire exécutif de l’Obamci, ce projet produira de la banane de qualité comme au sud du pays. Il ajoute qu’au nord, le coût de production sera moindre parce que "la banane c’est l’eau, de la fumure mais aussi des traitements contre les maladies".

Parlant des traitements, il souligne qu’au nord, la pression des maladies du bananier ne sera pas assez forte car les conditions climatiques permettent deux à trois traitements par an pour éviter les maladies alors qu’en région forestière (sud), c’est plus de 10 à 12 traitements qui doivent être faits par an pour éviter les champignons dans les bananiers.

Ce projet de production de banane à Nabedjékaha en bordure du fleuve Bandama est réalisé sur une superficie totale de 250 à 300 hectares pour la phase pilote et sera étendu à 500 hectares. C’est une production de 21ooo tonnes de bananes à l’exportation qui sera produites.

Cette activité permettra aussi la création de plus 700emploi direct et permanents et 4000 personnes bénéficieront des retombés économiques de ce projet souligne-t-on.

(AIP)
apk /ask

Comment

 Commentaires



Comment