Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Politique

Côte d’Ivoire: la coalition au pouvoir "ne marche pas bien" à 20 mois de la présidentielle (parti)
Publié le vendredi 21 fevrier 2014  |  AFP


PDCI-RDA:
© Partis Politiques par DR
PDCI-RDA: 1ère session du secrétariat exécutif en présence du président Bédié
Mardi 12 novembre 2013. Abidjan. Le Secrétariat exécutif du PDCI-RDA avec à sa tête Maurice Kacou Guikahué (Photo) a tenu sa première session en présence du président Henri Konan Bédié.


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABIDJAN - Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), grand allié du chef de l’Etat Alassane Ouattara, a dénoncé vendredi une coalition qui "ne marche pas bien", un mauvais signe pour le pouvoir à vingt mois de l’élection présidentielle de 2015.
Le PDCI a également annoncé jeudi qu’il désignerait en octobre prochain son
candidat pour le scrutin d’octobre 2015, contre les souhaits du président
Ouattara.
Alassane Ouattara a été élu en 2010 sous la bannière du RHDP, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix, qui rassemble
son parti, le RDR (Rassemblement des républicains), le PDCI, dirigé par l’ex-président Henri Konan Bédié, et deux autres formations.

"Le RHDP ne marche pas bien. (...) Les liens se sont distendus", a déploré auprès de l’AFP Maurice Kacou Guikahué, secrétaire exécutif du PDCI et numéro
deux de parti, qui a appelé à un "réglage" avant la présidentielle de 2015.

M. Guikahué avait annoncé jeudi une convention du PDCI en octobre prochain pour "désigner son candidat" lors d’une rencontre organisée jeudi par le
quotidien Le Nouveau Réveil, l’organe du parti.

Alassane Ouattara s’était déclaré favorable en décembre à une candidature unique au sein de la coalition "pour soutenir l’action du gouvernement RHDP
qui travaille actuellement sous (son) autorité", appelant alors le PDCI, un parti dont il est un ancien membre, à "prendre sa décision".

La réussite de la prochaine élection présidentielle est impérative pour tous les acteurs impliqués en Côte d’Ivoire, afin d’apaiser définitivement un pays ayant connu une décennie de crise politico-militaire, ponctuée par des violences postélectorales en 2010-2011, qui ont fait plus de 3.000 morts.

Le président Ouattara, dont le prédécesseur et adversaire Laurent Gbagbo avait refusé la victoire en 2010, ce qui avait embrasé le pays, a déjà confirmé sa participation au scrutin d’octobre 2015.

La présidentielle de 2015 accuse un "grand retard", un scrutin "apaisé et crédible" n’étant pas encore garanti, s’est inquiété en janvier, Pascal Affi
N’Guessan, le chef du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), le parti de
Laurent Gbagbo.

Comment

 Commentaires



Comment