Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage




 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Économie

Discours du vice-président de la CGECI, M. Bernard N’Doumi au forum économique du 24 Fevrier 2014
Publié le lundi 24 fevrier 2014  |  CGECI


Bernard
© Abidjan.net par Atapointe
Bernard N`Doumi, vice-président du patronat ivoirien
Lundi 24 février 2014. Abidjan. Cérémonie d`ouverture du forum économique ivoiro-marocain, en présence du roi Mohamed VI.


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

• Sa Majesté MOHAMEDVI, Roi du Maroc,
• Son Excellence, Monsieur Le Premier Ministre de la
République de Côte d1voire, Ministre de l’Economie, des
Finances et du Budget,
• Mesdames et Messieurs Les Présidents des Institutions de la
République,
• Mesdames et Messieurs Les Ministres du Maroc et de la Côte
d1voire,
• Excellences, Messieurs Les Ambassadeurs,
• Monsieur Le Gouverneur du District,
• Monsieur Le Maire de Cocody,
• Madame La Présidente de la Confédération Générale des
Entreprises du Maroc,
• Mesdames et Messieurs Les Préside.1ts des Chambres
Consulaires et des Organisations Patronales du Maroc et de
la Côte d1voire,
• Mesdames et Messieurs Les Présidents et Directeurs
Généraux des Administrations Publiques et des Entreprises
du Maroc et de la Côte d1voire,
• Honorables et distingués invités en vos qualités respectives,
• Mesdames et Messieurs,

En 1973, Alain PEYREFITTE,homme politique, diplomate et écrivain Français, avait dit • Quand la Chine s’éveillera, le Monde TREMBLERA... »
Cette Chine a pris conscience de son potentiel. Elle s’est éveillée avec des taux de croissance à deux chiffres qui s’installent dans la durée. On pourrait paraphraser le célèbre écrivain Français en disant. Quand l’AFRIQUE COMPRENDRA, elle sera incontournable. Oui quand l’Afrique comprendra que son développement passe par une coopération Sud - Sud, débarrassée de tout préjugé et calcul politicien mais forte et équitable, nos pays connaîtront, à l’instar de la Chine, des taux de croissance à deux chiffres qui eux aussi, s’installeront durablement dans le temps et qui profiteront à l’ensemble de nos populations. Mais cela, le Maroc l’a compris depuis longtemps. N’est-ce pas le Maroc qui fut à la base de la création en 1962, de l’OUA? (dans sa vision et son objectif originels). Et depuis cette date, le Maroc n’a en cesse de multiplier les initiatives en faveur de la Coopération Sud - Sud. La première conférence sur le développement humain à Rabat en 2007 en est une parfaite illustration. Mais cette visite de sa Majesté, Le Roi
MOHAMEDVI, à la tête d’une forte délégation des Chefs d’Entreprises Marocains, démontrant ainsi que cette visite est placée sous le signe de la coopération économiolIe, en est
encore une illustration plus éloquente. Mais pourquoi, cette coopération Sud - Sud, qui est un
puissant instrument de développement ne produit pas encore les effets attendus?
Parce que l’Afrique, pendant longtemps, n’avait pas compris que la mise en oeuvre de toute politique économique devait impliquer fortement son secteur privé. Si nous sommes tous d’accord pour dire que le Secteur Privé est le moteur de la croissance économique d’un pays, on peut admettre aisément que c’est l’action concertée entre secteurs privés nationaux qui permettra d’accélérer la mise en oeuvre de véritables politiques d’intégration économique. Cela aussi, le Maroc l’a bien compris. Oui, Chers Collègues du Secteur Privé Marocain, vous avez
compris que c’est à travers les Entreprises de nos pays que la coopération Sud - Sud prendra effectivement corps et produira ses meilleurs résultats. Ce Forum, qui est à votre initiative,
faut-il le rappeler (en rendant à César ce qui est à César) en est
une parfaite illustration.
C’est pourquoi, Madame La Présidente de la CGEM, Madame Miriem BENSALAHCHAQROUN,au nom du Président Jean Kacou DIAGOU,qui vous exprime ses profonds regrets, de n’avoir pas pu étre des nôtres à ce rendez-vous historique, pour des raisons majeures indépendantes de sa volonté, le Secteur Privé Ivoirien vous exprime sa fierté de vous recevoir en Côte d’Ivoire pour impulser ce mouvement et surtout vous félicite pour cette heureuse initiative, vous qui, depuis votre arrivée à la tête de la CGEM, mettez tout en oeuvre afin que cette coopération Sud - Sud entre Entreprises d’Afrique soit
une réalité. Le dynamisme et cette volonté du Secteur Privé Marocain, ne peuvent s’exprimer dans les autres pays africains qu’avec un soutien fort et franc de nos dirigeants politiques.
C’est pourquoi, à cette étape de mon propos, qu’il me soit permis au nom de tout le Secteur Privé de Côte d’Ivoire, de rendre un vibrant et déférent hommage à sa Majesté, le Roi du
Maroc.
Car ce que nous avons coutume de voir, ce sont les opérateurs économiques qui accompagnent les Chefs d’Etats dans leur visite. Mais cette fois, nous avons le sentiment que c’est Sa Majesté Le Roi qui est venu accompagner et soutenir ses opérateurs
économiques. Cela démontre, votre Majesté, à quel point vous soutenez votre Secteur Privé.
Puisse, cet esprit Visionnaire habiter bon nombre de Chefs d’Etats Africains, car c’est le gage d’un décollage économique assuré de notre Chère Afrique.
Permettez-moi de vous dire humblement mais respectueusement CHOKRANEMAJESTE
Chères Consoeurs, et Chers Confrères Marocains, nous avons tellement d’éléments en commun, de ressources matérielles et humaines complémentaires que la coopération Sud - Sud ne peut être que bénéfique pour nos économies. Nos économies se ressemblent à bien des égards, du moins, nous pouvons affirmer qu’elles ont les mêmes fondamentaux et
la même histoire. Nos Entreprises ont les mêmes standards et nos messagers ont
des expertises convergentes. Nous pouvons donc nous enrichir
mutuellement de nos expériences, notamment de nos succès.

Chères Consoeurs et Chers Confrères Marocains, vous êtres donc ici chez vous en pays ami et plus que frère.
Nous, opêrateurs êconomiques Ivoiriens, ne vous voyons pas et ne vous verrons jamais comme des étrangers ou comme des envahisseurs, mais plutôt comme des vrais partenaires
objectifs, qui partagent des facteurs essentiels (l’histoire, la culture et la langue) et qui ont les mêmes intérêts, à savoir développer leurs Entreprises et créer de la richesse.
C’est pourquoi, nous souscrivons à la constitution de toutes plateformes d’échanges entre nos deux Secteurs Privés qui favorisent l’intégration forte des Entreprises de nos pays
respectifs.
Le Secteur Privé ivoirien est lucide et réaliste. Il sait donc qu’ensemble avec un partenariat fort et dans une concurrence saine, nous pouvons développer nos Entreprises respectives et
étendre ensemble nos activités dans toute la sous-région Ouest Africaine et pourquoi pas tout simplement en Afrique.
Je vous remercie!


 Articles associés

 

Comment

 Commentaires



Comment