Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Democrate N° 898 du 25/2/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

Société

Construction de l’Aérocité : Plusieurs milliers de sans abris annoncés à Port-Bouët
Publié le mardi 25 fevrier 2014  |  Le Democrate




Comment

 Vos outils




La construction de l’aérocité suscite des craintes chez les populations de la Route de Bassam. En effet, elles craignent un déguerpissement massif qui aura de lourdes conséquences sur leur quotidien. Cette situation ne laisse donc pas indifférente les organisations de la société civile et plus particulièrement, La Fédération des structures et mouvement de développement de Côte d’Ivoire (Fsmdci). Cette Ong, a, au cours d’une conférence de presse tenue samedi dernier, à Port Bouët, interpellé les autorités sur le danger que peut engendrer un tel projet. Son président Oumé Mimba Ghislain, a expliqué que la mise en œuvre du projet aéroccité qui va s’étendre sur 3700 hectares aura des conséquences sociales lourdes. Indiquant qu’avec son application, ce sont des milliers de personnes qui seront jetées dans la rue. Selon lui, déguerpir une zone de plus 6000 biens immobiliers avec des infrastructures sociales, éducatives, serait un gâchis pour un gouvernement qui veut améliorer les conditions des populations. Pour lui, la mise en œuvre fera plus de mal que de bien. « Le projet va créer des problèmes avec des conséquences incalculables, faire des sans abri. Ce qui n’est pas de nature à créer un climat de paix », a fait savoir le conférencier. Poursuivant, le président de la Fsmdci a rappelé que des personnes sont installées sur ce site depuis plus de 50 ans et ont fait des investissements importants. Oumé Bimba Gislain sollicite donc l’intervention du chef de l’Etat pour mettre un terme au danger qui se profile à l’horizon. Pour terminer, il a proposé les services de son Ong pour assister les populations. La pose de la première pierre de ce projet était prévue pour le 12 février. Mais la cérémonie a été reportée à une date ultérieure, somme toute à cause de ces problèmes.
In Le patriote
Le mercredi 12 février 2014, les concepteurs du projet aéorocité se sont heurté à l’opposition des occupations des lieux.

L’information a été livrée le samedi 22 février 2014 à travers une conférence de presse animée par M. Ghislain Oumé Mimba, qui avait à ses côtés les chefs coutumier des populations de la route de Bassam. M. Oumé Mimba est le président de la Fédération des structures et mouvements de développement de Côte d’Ivoire (Fsmdci), une faitière dont l’objectif principal est de contribuer à l’instauration d’un état de droit, de justice et de paix. Saisie de cette situation, la Fsmdci a mis sur pied le projet ‘’justice et droit au logement’’ pour défendre les quelques 30.000 habitants concernés par le déguerpissement

Projet Aérocité

C’est M. Oumé Mimba qui a présenté le projet Aérocité. Il a rappelé que l’objectif du Président Ouattara de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent passe nécessairement par la mise en place d’infrastructures adéquates répondant aux normes internationales. Ainsi, à travers Aérocité, le ministère des Transports avec un partenariat français va déployer le projet sur une zone de 3.700 ha depuis le mur de l’aéroport jusqu’au lycée municipale de Gonzague ville. Ce projet adopté en conseil des ministres et promu au salon ICI Côte d’Ivoire 2014 devra permettre la construction d’hôtels de standing, de centres commerciaux modernes, d’appartements de luxe et des infrastructures permettant de faciliter les déplacements avec des moyens de transport confortables. « Nous ne contestons pas ce projet. Car, nous savons que le site est propriété de l’Etat. Mais l’Etat, c’est aussi nous. Ce que nous demandons, ce sont des négociations afin de permettre la dé-classification de ce site pour permettre à certains de devenir propriétaire », assure Oumé Mimba.

Des résidents présents depuis 70 ans

Selon Nanan M’Bé Kouassi, chef des chefs des populations de la route de Bassam présent à cette conférence de presse, certains sont venus sur ce site il y a de cela 70 ans. Et de confirmer que le projet Aérocité a été décidé dans les années 70 sous le Président Houphouët-Boigny. « Ce dernier avait dans un premier temps voulu nous déloger. Mais après enquête, il s’est aperçu que ce sont des pauvres qui vivaient dans cette zone. Alors, il décida de nous laisser tranquille. En 2005, Gbagbo a ordonné aussi notre déguerpissement. Quand nous l’avons rencontré il a décidé de lui-même de vérifier la situation. Lui aussi a eu pitié de nous. Mais aujourd’hui, les portes de ce gouvernement nous sont hermétiquement fermées. Sans nous écouter, il décide de nous expulser des maisons que nous occupons depuis des dizaine d’années », raconte-t-il. Et de s’interroger en ces termes « comment un Etat peut briller quand ces populations souffrent ? ». Pour lui, le droit à un logement décent doit être reconnu et accentué par l’Etat ivoirien. Aussi, le projet justice et droit au logement, initié par Oumé Mimba doit permettre d’encadrer les populations pour la reconnaissance de ce droit au logement en utilisant les voies de recours légales à travers la mise sur pied de conseils juridiques composés de notaires, d’huissiers et d’Avocats. Le mercredi 12 février 2014, les concepteurs du projet aéorocité se sont heurté à l’opposition des occupations des lieux.

L’information a été livrée le samedi 22 février 2014 à travers une conférence de presse animée par M. Ghislain Oumé Mimba, qui avait à ses côtés les chefs coutumier des populations de la route de Bassam. M. Oumé Mimba est le président de la Fédération des structures et mouvements de développement de Côte d’Ivoire (Fsmdci), une faitière dont l’objectif principal est de contribuer à l’instauration d’un état de droit, de justice et de paix. Saisie de cette situation, la Fsmdci a mis sur pied le projet ‘’justice et droit au logement’’ pour défendre les quelques 30.000 habitants concernés par le déguerpissement

Comment

 Commentaires



Comment